Congo-Kinshasa: 100 ans de kimbanguisme - 6 avril future journée fériée au pays

Vue du Temple kimbanguiste dans la cité de Nkamba (Kongo-Central) mardi 6 avril 2021.

Le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, a tenu parole en ralliant la Cité sainte de Nkamba-Nouvelle Jérusalem hier mardi 06 avril 2021 en début d'après-midi par voie aérienne, pour donner personnellement le coup d'envoi des festivités marquant le 100me anniversaire de la fondation de l'Eglise de Jésus Christ sur la Terre par son Envoyé Spécial Papa Simon Kimbangu.

On a noté dans sa suite les présidents du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, et de l'Assemblée Nationale, Mboso Nkodia Mpwanga.

De nombreuses personnalités politiques ont également effectué le déplacement de Nkamba, notamment des députés nationaux et provinciaux ainsi que des sénateurs, sans oublier des membres du corps diplomatique. Les gouverneurs Atou Matubuana du Kongo Central et Gentiny Ngobila de Kinshasa, de même que le président de l'Assemblée provinciale du Kongo Central, Jean-Claude Vuemba, étaient présents sur le lieu.

Le protocole kimbanguiste a également signalé la présence d'une représentante de la famille biologique du Président Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, à la tête des fidèles kimbanguistes de ce pays, ainsi que celle d'une délégation officielle de l'Angola.

L'un des faits marquants de cette journée commémorative a été l'annonce, par Félix Antoine Tshisekedi, d'un projet d'élévation de la date du 6 avril en journée fériée, chômée et payée en République Démocratique du Congo, en reconnaissance du début du ministère du prophète Simon Kimbangu en 1921.

Dans le souci de voir se concrétiser rapidement sa proposition, il a demandé aux présidents Bahati du Sénat et Mboso de l'Assemblée Nationale de bien vouloir penser à l'inscrire parmi les points à l'ordre du jour des travaux de leurs institutions. Au vu des hochements positifs de tête de ces deux parlementaires, il est permis de croire que le calendrier officiel national pourrait s'enrichir d'une nouvelle journée fériée l'année prochaine.

Dans son message aux Kimbanguistes, le Président de la République a rendu un vibrant hommage à un patriote, au simple catéchiste, qui avait la mission divine d'enseigner la parole de Dieu à ses frères et sœurs de peau et de libérer le peuple noir de l'Etat Indépendant du Congo du joug colonial belge.

Il a rappelé le succès fou récolté par ses prédications et ses miracles (guérisons, résurrections) au pays comme dans les pays limitrophes, ainsi que le flux des pèlerins qui convergeaient vers Nkamba, où venait de naître un messie noir. Félix Antoine Tshisekedi a salué en Simon Kimbangu non seulement un prophète mais aussi un combattant de liberté, un libérateur du peuple noir, à compter parmi les précurseurs et martyrs des indépendances africaines.

Il a relevé également la mutation prophétique de ce patriote en combattant de la liberté sous le label de la non-violence, car il n'avait pour armes que la bible et sa foi.

En dépit de sa condamnation injuste à la peine de mort par le conseil de guerre de Thysville en 1921, commuée en prison perpétuité par le Roi Albert1er, son transfert à la prison d'Elisabethville (Lubumbashi) ainsi que des pressions répétées des autorités belges sur lui l'invitant à troquer sa foi contre sa libération, a-t-il souligné, Simon Kimbangu avait refusé de trahir ses convictions religieuses, supportant sévices et humiliations jusqu'à sa mort, après 30 ans d'emprisonnement.

Il convient de souligner qu'après ce message, le Chef de l'Etat a été invité, par le chef spirituel de l'Eglise kimbanguiste, Simon Kimbangu Kiangani, à procéder à l'inauguration du Musée Papa Simon Kimbangu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X