Madagascar: Hospitalisation - Des malades non-covid refoulés

Les hôpitaux souffrent de la flambée épidémique. Les malades en font les frais. Beaucoup sont refoulés aux portes des urgences.

Difficile de trouver une place à l'hôpital pour les patients qui ne souffrent pas de Covid-19, en ces temps de propagation du virus. Un malade atteint d'un accident vasculaire cérébral (AVC) n'a été admis à l'hôpital que 15 heures après qu'il ait fait une crise. Le malade et ses proches ont fait le tour de tous les hôpitaux à Antananarivo, entre 21 heures et 1 heure du matin, dans la nuit du lundi au mardi.

Mais en vain. Un des proches du malade raconte: « Cette nuit a été vraiment pénible pour nous. Aucun hôpital n'a accepté de recevoir notre malade. Tous les hôpitaux ont dit qu'ils affichaient complets. Ils ne l'ont même pas consulté ». Ce malade est sur un lit d'hôpital, depuis hier vers midi, suite à l'intervention de quelqu'un. « Si vous voulez trouver une place à l'hôpital, en cette période de crise, il faut que vous connaissiez quelqu'un », confie une source au sein d'un hôpital, hier.

Cette personne atteinte d'un AVC n'est pas la seule à avoir été refoulée aux portes des hôpitaux, ces derniers temps. D'autres victimes d'AVC, des personnes qui souffrent de maladies cardiaques, entre autres, qui pensent avoir besoin de suivis médicaux à l'hôpital, témoignent avoir été victimes de refus. Elles sont contraintes de suivre des traitements à domicile.

Risques d'infections

Les hôpitaux, aussi bien publics que privés, « souffrent » de la propagation du virus de Covid-19.

Les formes graves bouchent les services des urgences des hôpitaux. « Notre service d'urgence étant en rénovation, notre capacité d'accueil est limitée. Nous ne disposons que de huit lits pour les cas urgents. Ces huit lits sont actuellement occupés par des formes graves de Covid-19 », a indiqué un responsable du centre hospitalier Soavinandriana (Cenhsoa).

Dans cet hôpital, c'est dans le couloir du premier étage que les cas urgents sont pris en charge, actuellement. « Pour les cas non Covid, les patients sont envoyés dans les autres services, après consultation, s'il y a des places disponibles ». Les hôpitaux ne se se raient pas préparés à cette hausse « soudaine» des cas. La situation actuelle les obligerait à refuser des patients qui ne sont pas atteints du coronavirus.

« Nous n'accueillons que les cas vraiment urgents, étant donné qu'il y a beaucoup de cas de Covid-19 à l'hôpital, en ce moment. C'est, surtout pour préserver les autres malades de ce virus que nous avons pris cette décision », indique un responsable du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA).

Les risques d' infections nosocomiales seraient élevés, avec la propagation du virus. « Les malades comme les garde-malades peuvent être porteurs du virus, d'où cette mesure », avertit une source.

Mais tous les malades, coronavirus ou pas, ont droit à la santé et à la vie. Certaines organisations devraient être mises en place dans les hôpitaux, pour qu'aucun malade ne soit lésé, en cette période de crise sanitaire.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.