Gabon: DJEDDAH - Le Secrétaire général de l'Académie islamique chez Abdelaziz Branly Oupolo

Dans le cadre du renforcement de la coopération et des relations de partenariat entre l'Académie Islamique Internationale du Fiqh et le groupe africain de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI), Son Excellence Abdelaziz Branly Oupolo, Consul Général du Gabon à Djeddah, a reçu "la visite amicale" du Professeur Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire général de l'Académie Islamique Internationale du Fiqh. C'est au courant du mois écoulé, au siège du Consulat général de la République gabonaise à Djeddah, que les deux dignitaires ont nourri leurs échanges.

Aux côtés de l'ensemble des membres du Consulat Général du Gabon à Djeddah, le Consul Général du Gabon, Abdelaziz Branly Oupolo, par ailleurs Doyen du Groupe Africain des Consuls Généraux, a chaleureusement reçu le Secrétaire Général de l'Académie Islamique Internationale du Fiqh, ainsi que la forte délégation qui l'accompagnait. Muhammad Al-Mundhir, Dr Ayman Abdul Karim, Murad al-Tili, Amjad Al-Mansi et Sarah Amjad Hussain sont ces personnalités qui ont constitué la délégation du Secrétaire Général de l'AIIF. En contrefort, Mohamed Savani, Consul Général de la République de Guinée en terre saoudienne, s'est joint aux côtés de son collègue du Gabon.

A l'ouverture de la séance, le Consul Général du Gabon a tenu à exprimer un mot de bienvenu à l'endroit du Professeur Koutoub Moustapha Sano, Secrétaire général de l'Académie Islamique Internationale du Fiqh, ainsi qu'à sa délégation. Il a également manifesté son « grand plaisir » et sa grande fierté" suite à la nomination d'un africain non arabe au poste de Secrétaire général de l'Académie islamique internationale du Fiqh, qui plus est la première fois depuis la création de l'Académie. Pour lui, « c'est un grand honneur pour le continent africain en général », fait savoir le Consul Général du Gabon à Djeddah. Celui-ci ne s'est pas retenu d'énoncer la reconnaissance claire des qualifications académiques, des expériences administratives et politiques du Professeur Koutoub Sano qui avait assumé de nombreux portefeuilles ministériels importants en République de Guinée.

Au cours de la rencontre, en sa qualité de Doyen du corps diplomatique et consulaire des pays africains à Djeddah, Son Excellence Abdelaziz Oupolo a témoigné son intention de prendre l'initiative d'organiser une réunion élargie entre le Secrétaire général de l'Académie islamique Internationale du Fiqh et les représentants des consulats africains à Djeddah. Une session organisée dans le but de discuter des voies et moyens qui permettront de renforcer les liens et les relations de coopération entre ces pays et l'Académie islamique du Fiqh. Et ce, dans le but de discuter des aspects possibles du soutien que l'Académie pourrait apporter au groupe africain, en particulier en ce qui concerne la proposition appropriée des solutions juridiques aux problèmes jurisprudentiels dans ces pays d'Afrique.

Pour sa part, le Professeur Sano a d'abord remercié l'autorité consulaire du Gabon à Djeddah pour l'accueil chaleureux et merveilleux qui lui a été réservé, ainsi qu'à la délégation qui l'accompagne. Son Excellence Koutoub Moustapha SANO a également exprimé ses sincères remerciements et sa "grande appréciation pour la sagesse et le rôle important" que le Consul Général du Gabon joue, afin de préserver l'unité, la coopération et la solidarité entre les représentants des pays africains.

Ensuite, le Secrétaire général de l'Académie islamique internationale du Fiqh a donné des informations complémentaires sur la mission, les activités et les programmes de l'Académie dont il est le secrétaire. Ce dernier a relaté l'égard de la série de réunions qu'il avait tenues depuis son accession à la fonction de Secrétaire général. Il a également confirmé à son hôte la volonté totale de l'Académie d'organiser des séminaires scientifiques spécialisés et des ateliers au Gabon, sur certaines questions concernant la société.

De plus, la question du mariage entre les femmes musulmanes et les hommes chrétiens a été abordée. Celle-ci est posée sachant la considération minoritaire des musulmans en termes de population, et reste une thématique qui mérite d'être débattue et discutée dans la mesure où les musulmans sont minoritaires dans un pays comme le Gabon et ailleurs. « Certes, cette question est soulevée à maintes reprises à toutes les occasions, car c'est l'une des questions épineuses qui nécessitent des éclaircissements de la part de l'Académie à la lumière de la réalité que les musulmans y vivent ». Le Secrétaire Général de l'Académie a promis à Son hôte de présenter cette question dans les thèmes des prochaines sessions, afin de prendre une décision appropriée.

Pour clore cette rencontre, le Consul Général du Gabon à Djeddah, SE Abdelaziz Branly Oupolo, a présenté un film-documentaire sur « la République du Gabon et l'évolution » dont il est "témoin à tous les niveaux ». Remerciant ainsi le Professeur Katoub Sano pour son passage au Consulat général du Gabon ainsi qu'au siège du Groupe Africain, Excellence Abdelaziz Oupolo a conclu son discours en exprimant la volonté du Gabon de pouvoir accueillir, au terme de la pandémie du coronavirus, une des sessions de l'Académie Islamique Internationale du Fiqh.

Pour rappel, l'Académie Islamique Internationale du Fiqh, créée 1981, est une institution considérée comme l'une des références religieuses majeures pour les musulmans du monde entier, comptant plus de 65 savants de tous les pays. Elle regorge 57 Etats membres, répartis sur quatre continents, dont le continent africain où le Gabon est Etat membre.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.