Rwanda: Génocide au Rwanda - 27 ans après

Le Rwanda a commémoré, le 7 avril, le triste anniversaire du génocide contre les Tutsis, dont le traumatisme est encore loin d'être effacé, malgré les progrès remarquables accomplis en 27 ans par ce pays de la région des Grands Lacs.

Pour la deuxième année consécutive, la commémoration de l'anniversaire du génocide a été adaptée aux mesures de prévention et aux restrictions imposées par la pandémie de Covid-19. Les Rwandais ont été contrariés de commémorer ce douloureux exercice de mémoire depuis leur domicile, au lieu de se rendre au mémorial du génocide de Gisozi et aux sites commémoratifs pour déposer des gerbes de fleurs et honorer la mémoire des victimes.

Toutefois, une cérémonie officielle écourtée s'est tenue au mémorial du génocide en présence d'un petit groupe d'invités. Une flamme de mémoire a été allumée, ouvrant une période de deuil national de cent jours.

La « marche du souvenir » en hommage aux victimes, qui constitue l'un des moments forts des commémorations a été annulée et remplacée par des talk-shows et émissions télévisées sur les success-stories des survivants.

De son côté, la Commission nationale pour l'unité et la réconciliation a lancé un appel pour exhorter les Rwandais à s'unir, à lutter contre « le divisionnisme et l'idéologie du génocide », et à faire en sorte que cette tragédie ne se reproduise plus jamais.

« Il est du devoir de chacun de veiller à ce que le génocide ne se reproduise plus en luttant contre tout ce qui pourrait entraver notre unité », a déclaré Fidèle Ndayisaba, le secrétaire exécutif de la Commission nationale pour l'unité et la réconciliation.

« A la veille de la 27è commémoration du génocide perpétré contre les Tutsis, nous rappelons aux Rwandais que l'unité est l'un des piliers clés du processus de réconciliation. Pendant cette période, les Rwandais et les amis du Rwanda sont appelés à lutter contre l'idéologie du génocide et les crimes connexes », a-t-il ajouté.

Selon les statistiques du Bureau d'Investigation du Rwanda (RIB), la tendance de l'idéologie du génocide et des crimes connexes a légèrement baissé au cours des dernières années. L'organe en charge des enquêtes criminelles a reçu, cette année, cinq cent trente plaintes liées au négationnisme et à l'idéologie du génocide, soit une légère diminution par rapport à 2019 (cinq cent trente-sept plaintes) et 2018 (cinq cents quarante-deux plaintes).

En 27 ans, le Rwanda a retrouvé une cohésion sociale qui a suscité les louanges de la communauté internationale, faisant cohabiter pacifiquement bourreaux et victimes, et connu un développement économique spectaculaire avec un taux de croissance parmi les plus élevés dans le monde.

Le génocide perpétré par les Forces armées rwandaises et des miliciens hutu, a débuté le 7 avril 1994, au lendemain de l'assassinat du président Juvénal Habyarimana. La tragédie a pris fin le 4 juillet avec l'entrée à Kigali du Front patriotique rwandais (FPR), conduit par l'actuel chef de l'Etat, Paul Kagame qui a mis un terme aux massacres et ouvert la voie à la réconciliation, à l'union et à la stabilité du pays.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.