Cameroun: Sécurité routière - La touche de l'Eiforces

34 personnels civilo-militaires formés en soins médiaux post-accident arrivés enfin de stage, ont reçu leurs parchemins le 1er avril dernier au campus d'Awaé.

Venus des dix régions du pays, 34 récipiendaires recrutés au sein du personnel de santé, militaire et dans d'autres administrations ont reçu le jeudi 1er avril dernier, leurs attestations de fin de formation sur la sécurité routière en matière de secours et soins médicaux post-accident. La cérémonie de remise de ces parchemins était présidée par le commissaire divisionnaire Cécile Oyono, directeur général-adjoint de l'Ecole internationale des forces de sécurité (Eiforces), dans son campus d'Awaé, département de la Mefou-et-Afamba, région du Centre.

Lancée le 29 mars 2021, cette formation a duré cinq jours. Elle aura permis aux hauts-cadres de la gendarmerie et de la police d'acquérir des connaissances sur la prévention, le contrôle et la répression aux forces de l'ordre. Les civils quant eux, ont été outillés sur la prévention car tout accident de la circulation est le résultat d'un dysfonctionnement du système « homme-véhicule-infrastructure », a relevé le directeur du stage. Ils ont enfin reçu des connaissances en lien avec le secours d'urgence. Les gestes enseignés ici portaient sur les premiers secours, l'assistance vitale de base et les soins primaires du traumatisé. Fort de tous ces acquis, le directeur du Centre des urgences de Yaoundé, le Pr. Louis Joss Bitang à Mafock, a joint sa voix à celle de Cécile Oyono, pour exhorter les récipiendaires à en faire bon usage. « Allez dans vos villes respectives et sauver des vies, partagez avec les autres ce que vous avez appris ici », ont-ils recommandé. En retour, ceux-ci ont rassuré et se sont dits prêts à répandre la graine du secourisme partout où besoin sera.

Cette formation est la résultante d'un rapport de l'évaluation de la performance en sécurité routière du Cameroun en 2018. De cette étude, il ressort qu'entre 2006 et 2008, 4 790 personnes sont mortes à cause des accidents de la route. Parmi elles, 1 059 ont perdu la vie alors même qu'elles étaient transportées vers un centre sanitaire ou dans l'un d'eux. Ce qui représente donc 22% des cas des décès liés à une prise en charge post-accident mal assurée. La formation d'Awaé a été réalisée grâce au Programme d'appui à la gouvernance des infrastructures régionales et nationales en Afrique centrale en partenariat avec l'Union européenne.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.