Afrique: Journée internationale de réflexion sur le génocide rwandais, ce mercredi - Hommage de l'ONU à la mémoire des martyrs

1994-2021, voilà 27 longues années que le monde entier se souvient de la lourde tragédie au Rwanda, qui opposait deux ethnies, à savoir les Tutsi et les Hutu. A l'occasion de la Journée internationale de réflexion, consacrée ce mercredi 7 avril, en vue de rendre hommage aux disparus, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres appelle à la prise de conscience en mettant en exergue le respect des droits humains et de la dignité afin d'éviter tout mouvement de haine entre les peuples.

Le génocide des Tutsi au Rwanda par des extrémistes Hutu s'est déroulé du 7 avril 1994 jusqu'au 17 juillet 1994. Il a été déclenché par l'assassinat du président rwandais, le 6 avril 1994, déclenche le génocide des Tutsis. L'ONU estime qu'environ 800.000 Rwandais, en majorité tutsi, ont perdu la vie durant ces trois mois. 27 ans après cette lourde tragédie au Rwanda, l'ONU continue de penser aux victimes.

En cette Journée internationale de réflexion sur le génocide rwandais, ce mercredi 7 avril, le Secrétaire général de l'Onu rend un hommage appuyé aux victimes de la guerre ethnique au Rwanda, qui opposait Tutsi et Hutus. Dans un message rendu public à cet effet, Antonio Guterres se remémore et s'incline devant la mémoire des victimes. «Ces journées de 1994 restent dans notre conscience collective l'une des pires tragédies de l'histoire récente de l'humanité. Aujourd'hui, nous rendons hommage aux personnes qui ont été assassinées, nous nous recueillons sur les souffrances endurées et nous saluons la résilience des rescapés», déclare le patron de l'Onu. Avant de poursuivre : «alors que nous exprimons notre solidarité avec le peuple rwandais, il nous faut aussi regarder en face la réalité du monde contemporain et tirer les leçons des événements survenus il y a 27 ans». Antonio Guterres rappelle que «le Rwanda a vécu l'un des plus douloureux chapitres de l'- histoire moderne de l'humanité, mais son peuple a réussi à renaître de ses cendres».

Ainsi, louant les efforts consentis par ce peuple qui naissait des cendres du génocide, le Secrétaire général des Nations Unies, dira : «après avoir subi d'indicibles violences et actes de discrimination fondés sur le genre, les Rwandaises occupent aujourd'hui plus de 60 % des sièges au parlement - ce qui fait du Rwanda un exemple à suivre dans le monde».

APPEL A UNE CONSCIENTISATION, AVEC LE RWANDA COMME PAYS DE REFERENCE

Mieux, il appelle à une conscientisation, en prenant le Rwanda comme pays de référence, malgré les séquelles du drame de 1994. Et de d'ajouter : «le peuple rwandais nous a montré tout le pouvoir de la justice et de la réconciliation ; il nous a appris que des progrès étaient possibles». Face à cela, il invite à un engagement de tout un chacun pour mieux «bâtir un monde guidé par le respect des droits humains et de la dignité de chaque personne».

Et aussi «pour empêcher que l'histoire ne se répète, nous devons lutter contre ces mouvements de haine qui sont devenus une menace transnationale. Nous devons redoubler d'efforts et établir un programme commun pour renouveler et redynamiser notre action collective. Ce faisant, nous devons défendre les droits humains et continuer de promouvoir des politiques qui respectent pleinement chaque membre de la société», suggère-t-il. Car pour le Secrétaire général de l'Onu, «Ces mouvements extrémistes représentent la principale menace de sécurité intérieure dans bien des pays. Les outils et les techniques auxquels recourent les extrémistes évoluent, mais leurs propos et messages ignobles restent les mêmes. La déshumanisation des communautés, la désinformation et les discours de haine attisent la violence», renseigne-t-il.

Poursuivant, Antonio Guterres remarque que «la crise sanitaire mondiale a profondément ébranlé l'ensemble des droits humains, partout, exacerbant encore la discrimination, la polarisation sociale et les inégalités, à leur tour facteurs de violence et de conflit». A noter que cette journée est célébrée quelques jours seulement après la publication d'un rapport accablant sur le rôle et la responsabilité de la France dans le génocide au Rwanda.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.