Centrafrique: L'ambassadeur russe à Bangui fait réagir N'Djamena

Lors d'une conférence de presse tenue à Bangui, le 29 mars, le diplomate russe, Vladimir Titorenko, a appelé les pays voisins de la Centrafrique à sécuriser leurs frontières afin de mettre fin à la circulation illégale d'armes et de groupes armés. Dans un communiqué, les autorités tchadiennes ont protesté contre certains propos rapportés par les médias.

« Le Tchad entretient de bonnes relations avec la Russie, un pays de longue tradition diplomatique, relations empruntes de respect et de solidarité. Le ministère des Affaires étrangères condamne les propos dénués de fondement de cet ambassadeur », peut-on lire dans le communiqué de presse publié le 3 avril. Pour les autorités du Tchad, le diplomate russe a outrepassé ses prérogatives de diplomate accrédité auprès de la Centrafrique et s'est arrogé "le droit de gérer les relations entre le Tchat et la RCA".

En effet, Vladimir Titorenko aurait affirmé que « le gouvernement du Tchad n'est pas capable ou peut-être ne veut pas aider le gouvernement centrafricain à sécuriser de son côté la zone frontière où il y a beaucoup de mercenaires, les routes par lesquelles passent les armes et les personnes pour gonfler les rangs des combattants rebelles », rapportent plusieurs médias tchadiens.

L'ambassade de la Russie en Centrafrique estime que les propos de son diplomate ont été falsifiés. « Il est regrettable que le Tchad, l'un des pays qui entretient de bonnes relations de longue date avec la Russie, condamne les propos que monsieur l'ambassadeur n'a jamais prononcés tout en croyant aveuglement en fausses nouvelles », a répondu le 6 avril l'ambassade russe dans un communiqué.

Il faut rappeler que depuis le retrait de Centrafrique des troupes tchadiennes, en avril 2014, de nombreux rapports onusiens et d'organismes indépendants ont dénoncé des incursions des soldats tchadiens sur le sol centrafricain. La région septentrionale de la RCA, à la frontière avec le Tchad et le Soudan, est connue d'abriter des réseaux de trafiquants d'armes et munitions.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.