Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse sur la Covid-19 - 19 mars 2021

Après six semaines de baisse du nombre de cas en janvier et février, nous sommes en passe d'observer une augmentation pour la quatrième semaine consécutive. Cette tendance est préoccupante alors que nous sommes toujours confrontés aux conséquences des variants, que les pays commencent à lever les restrictions et que le déploiement des vaccins se révèle inéquitable.

Le Comité consultatif mondial pour la sécurité des vaccins de l'OMS s'est réuni cette semaine pour examiner les données relatives à la formation de caillots sanguins et à une numération plaquettaire faible chez certaines personnes ayant reçu le vaccin Oxford-AstraZeneca. Selon les recommandations du Comité, les bénéfices du vaccin AstraZeneca l'emportent sur les risques, et ce produit présente un immense potentiel pour la prévention des infections et des décès dus à la COVID-19.

Bien que je me réjouisse que près de 150 pays aient débuté la vaccination, nous restons confrontés à d'importants obstacles qui empêchent l'accélération de la production et de la distribution. L'équité vaccinale s'avère particulièrement importante dans les villes, notamment celles où la population vit dans des espaces restreints et où le risque de transmission est élevé.

Ce dimanche marque la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Tout comme l'équité vaccinale, l'équité raciale doit être au cœur de notre monde commun post-COVID-19.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, bon après-midi et bonsoir.

Après six semaines de baisse du nombre de cas en janvier et février, nous sommes en passe d'observer une augmentation pour la quatrième semaine consécutive.

Pour le moment, le nombre de décès continue de baisser, mais à un rythme plus lent.

Le nombre de cas augmente dans la plupart des régions. Cette tendance est préoccupante alors que nous sommes toujours confrontés aux conséquences des variants, que les pays commencent à lever les restrictions et que le déploiement des vaccins se révèle inéquitable.

Comme vous le savez, le Comité consultatif mondial pour la sécurité des vaccins de l'OMS s'est réuni cette semaine pour examiner les données relatives à la formation de caillots sanguins et à une numération plaquettaire faible chez certaines personnes ayant reçu le vaccin Oxford-AstraZeneca.

Les membres du Comité ont conclu que les données disponibles ne montraient pas d'augmentation globale des troubles de la coagulation après l'administration du vaccin Oxford-AstraZeneca.

Ainsi, selon les recommandations du Comité, les bénéfices du vaccin AstraZeneca l'emportent sur les risques, et ce produit présente un immense potentiel pour la prévention des infections et des décès dus à la COVID-19.

La déclaration complète du Comité est accessible sur le site Web de l'OMS et a été envoyée aux médias.

Nous comprenons que de nombreuses personnes aient des inquiétudes quant à la sécurité du vaccin Oxford-AstraZeneca.

Pour tout produit pharmaceutique ou vaccin, il s'agit de se demander si le risque lié à son administration est supérieur ou inférieur au risque lié à la maladie qu'il prévient ou traite.

Dans le cas présent, la réponse ne fait aucun doute. La COVID-19 est une maladie mortelle qui peut être évitée grâce au vaccin Oxford-AstraZeneca.

Il faut également rappeler que la COVID-19 elle-même peut entraîner la formation de caillots sanguins et une numération plaquettaire faible.

Nous exhortons les pays à continuer d'administrer ce vaccin essentiel.

Le vaccin AstraZeneca est particulièrement important, car il représente plus de 90 % des vaccins distribués par le Mécanisme COVAX.

Bien que je me réjouisse que près de 150 pays aient débuté la vaccination, nous restons confrontés à d'importants obstacles qui empêchent l'accélération de la production et de la distribution.

Cet après-midi, je me suis entretenu avec les dirigeants des États des Caraïbes orientales. Même si la plupart de ces pays ont réussi à éviter un grand nombre d'infections et de décès, leurs économies très dépendantes du tourisme sont dévastées.

Ils m'ont transmis un message clair : nous avons besoin de vaccins, dès maintenant.

La semaine prochaine, j'ai prévu de m'entretenir avec mon amie Ngozi Okonjo-Iweala, Directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), pour déterminer comment lever les obstacles auxquels nous sommes confrontés pour stimuler la production.

L'équité vaccinale s'avère particulièrement importante dans les villes, notamment celles où la population vit dans des espaces restreints et où le risque de transmission est élevé.

Les villes sont des lieux où la santé peut être préservée ou altérée.

Hier, j'ai eu l'honneur de m'adresser au réseau C40 qui rassemble 97 des plus grandes villes du monde et représente plus de 700 millions de personnes.

Bien que le réseau s'intéresse essentiellement au changement climatique et à la pollution de l'air, il a conscience que l'équité vaccinale est essentielle pour maîtriser la pandémie et créer un monde post-COVID-19 en meilleure santé et plus soucieux de l'environnement.

Je tiens à remercier tout particulièrement le maire de Los Angeles, Eric Garcietti, qui a signé la déclaration de l'OMS sur l'équité vaccinale en tant que président du réseau C40.

Pour lutter contre la COVID-19, le Réseau des Villes-santé de l'OMS a permis aux villes de partager leurs expériences et les enseignements tirés, mais aussi de participer à la mise en œuvre de plans d'intervention régionaux et nationaux ainsi que du Plan stratégique de préparation et de riposte de l'OMS.

L'OMS est également membre du Partenariat pour des villes saines de Bloomberg qui aide les villes à se préparer à la vaccination et à distribuer le vaccin.

Aujourd'hui, nous avons la chance d'accueillir les maires de trois grandes villes.

Tout d'abord, j'ai l'honneur d'accueillir Mohammed Adjei Sowah, maire d'Accra au Ghana, et Vice-Président du réseau C40.

Monsieur Sowah, merci beaucoup de vous joindre à nous. Vous avez la parole.

[M. SOWAH S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci beaucoup, Monsieur Sowah, et merci au réseau C40 d'agir en faveur de l'équité vaccinale.

À présent, j'ai l'honneur d'accueillir Claudia Lopez, maire de Bogota, en Colombie.

Buenos días, Madame Lopez, merci de vous joindre à nous. Vous avez la parole.

[MME LOPEZ S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Muchas gracias, Madame Lopez, et merci encore de faire entendre votre voix pour appeler à l'équité vaccinale.

Et enfin, j'ai l'honneur d'accueillir Yvonne Aki-Sawyerr, maire de Freetown, en Sierra Leone.

Madame Aki-Sawyerr, bienvenue et merci de vous joindre à nous. Vous avez la parole.

[MME AKI-SAWYERR S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci beaucoup, Madame Aki-Sawyerr, pour votre leadership. Et merci à tous les trois de nous avoir consacré du temps aujourd'hui.

Ce dimanche marque la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale.

L'année 2020 ne restera pas dans les mémoires uniquement comme l'année de la pandémie, mais aussi comme celle où les problèmes d'injustice raciale ont été mis en lumière de façon criante.

Tout comme l'équité vaccinale, l'équité raciale doit être au cœur de notre monde commun post-COVID-19.

Christian, c'est à vous.

Je vous remercie.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.