Burkina Faso: Projets de développement intégré communaux - Le déblocage des fonds en débats

Le ministre en charge de l'environnement, Siméon Sawadogo, a salué l'accompagnement des partenaires techniques et financiers qui accompagnent le Burkina Faso dans ses efforts de développement durable.

La coordination du Programme d'investissement forestier (PIF) a organisé, vendredi 2 avril 2021 à Ouagadougou, un atelier-bilan des Projets de développement intégré communaux (PDIC/REDD+) afin de faciliter le déblocage des fonds restants avant la fin du programme prévue le 30 juin prochain.

Dans le cadre de la mise en œuvre des Projets de développement intégré communaux (PDIC/REDD+), initié par le Programme d'investissement forestier (PIF), 32 communes rurales sont concernées. A trois mois de la fin du projet, plus d'un milliard et demi FCFA reste toujours à décaisser. Afin d'apprécier les réalisations enregistrées et d'identifier les difficultés spécifiques rencontrées par les communes à faible performance de décaissement, le ministère de l'Environnement, de l'Économie verte et du Changement climatique, a organisé un atelier bilan avec l'ensemble des communes d'intervention du projet.

La rencontre s'est tenue, vendredi 2 avril 2021, à Ouagadougou et présidée par le ministre en charge du département, Siméon Sawadogo. Celui-ci a rappelé que les financements alloués au Burkina Faso, dans le cadre du PIF, sont un don et toute ressource non décaissée, au 30 juin 2021, date de la fin du projet, sera perdue. « Un tel scénario est inadmissible pour un pays comme le nôtre à ressources limitées. J'ai donc, personnellement, souhaité cette rencontre afin d'interpeller tous les acteurs pour nous permettre de relever le défi de décaisser à 100% les financements destinés », a indiqué Siméon Sawadogo. Pour ce faire, a-t-il signifié, les participants à la rencontre vont faire le point des décaissements restants, définir des stratégies à développer pour faciliter le déblocage des fonds et d'identifier les difficultés rencontrées inhibant l'atteinte des objectifs.

Un taux de décaissement de 88%

La cinquantaine de participants à l'atelier a passé en revue les difficultés rencontrées avant la fin du projet, le 30 juin 2021.

En attendant, le ministre en charge de l'environnement a apprécié les résultats déjà atteints. En termes d'acquis engrangés, M. Sawadogo a, en effet, cité entre autres, l'identification et l'aménagement de 71 espaces de conservation totalisant près de 30 000 hectares, le reboisement de plus de 600 plants, l'aménagement de 73 hectares de bas-fonds et 56 hectares de périmètre maraîchers, l'aménagement de 2230 hectares d'aires de pâture et de 30 parcs de vaccination équipés de 49 forages pastoraux, etc. Ces résultats, a-t-il laissé entendre, correspondent à un taux de décaissement moyen de 88%, soit 3, 920 milliards sur 4,480 milliards FCA.

« Il se dégage un reliquat à décaisser de 1, 442 500 milliard pour les financements initiaux et complémentaires. Et, c'est là le véritable défi auquel nous devons faire face au cours des trois mois restants », a martelé Siméon Sawadogo. Pour le Coordonnateur national du PIF, So Jean Bosco, ces réalisations s'inscrivent dans la dynamique globale des objectifs du projet. « L'approche REED+ est beaucoup plus focalisée sur la création, l'aménagement et la sécurisation des espaces de conservation », a-t-il dit. Celles-ci, a soutenu M. So, sont nécessaires à une gestion intégrée des terroirs et à un développement des communes tout en limitant l'impact en termes de dégradation des forêts et de perte de biomasse.

Le représentant- résident de la Banque mondiale, Mirko Serkovic, spécialiste en environnement, a salué la tenue de cette rencontre qui, de son point de vue, devra permettre de relever les difficultés inhérentes au déblocage des fonds, au bonheur des communes bénéficiaires. « Pour nous, il s'agit de maximaliser l'utilisation des ressources allouées disponibles avant la clôture du projet afin de faciliter sa mise à l'échelle de 30 à 90 communes », a fait savoir Mirko Serkovic. Ils ont tous souhaité que des échanges, sortent des recommandations susceptibles d'aplanir les difficultés de déblocage des fonds et de relever les défis en matière de gestion durable des ressources naturelles au Burkina Faso.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.