Congo-Kinshasa: La société civile se questionne sur la présence de la MONUSCO dans l'Est

Des mouvements citoyens de l'est de la RDC réclament le départ des casques bleus, incapables d'arrêter les violences, selon eux. La Monusco répond que son rôle est au contraire positif.

En RDC, la mission des Nations unies dans le pays répond aux manifestations de ces dernières jours des groupes de pression de la société civile dont le mouvement citoyen Lucha qui exige le départ des casques bleus déployés dans la région sans venir à bout des groupes armés dont le plus sanglant l'ADF, auteur des massacres des civils dans le territoire de Beni au Nord-Kivu et en Ituri.

Ce mercredi, lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le porte-parole de la Monusco, Mathias Gillman a donné la position de la mission : « La Monusco est déployée ici, à la demande du Conseil de sécurité et avec l'accord du pays. Lorsque nous rencontrons les autorités gouvernementales, lorsque nous rencontrons le président, les gouverneurs sur place, ils nous disent tous qu'ils ont besoin de notre soutien. Lorsque vous allez dans l'Ituri, lorsque vous allez dans les Hauts Plateaux, nous avons des dizaines de milliers de Congolais qui vivent sous notre protection.

Demander à la Monusco d'être plus efficace, de travailler encore plus auprès des FARDC, c'est tout à fait légitime. C'est un travail que nous continuons à faire. Demander son départ, cela ne semble pas aller dans le sens d'une stabilisation pour la région. Ces menaces, dirigées contre les humanitaires sont absolument inacceptables. Et encore une fois, les populations qui bénéficient de l'aide humanitaire ne partagent pas certains messages de haine qui sont en ce moment en circulation. »

De son côté, la Lucha rappelle que ces manifestations sont légitimes compte tenu des faibles résultats de la Monusco sur le terrain.

« Ils doivent arrêter de se victimiser. C'est nous qui avons ce pouvoir de nous victimiser, parce que ce sont nos mères qui sont tuées, ce sont nos pères qui sont tués ! Nous ne nous opposons pas à la Monusco, parce que nous ne voulons pas de leur aide. Nous nous opposons à la passivité des casques bleus.

La deuxième chose, c'est que, nous n'appelons pas à la violence. La violence n'a jamais été notre mode de fonctionnement. Nous appelons plutôt la Monusco, les FARDC, le gouvernement congolais, les chefs de l'État, à leurs responsabilités quant à ce qui concerne la sécurisation et la protection des civils. Ils doivent arrêter de concevoir le Congo juste dans leurs salons huppés, dans leurs salons climatisés... Oublier qu'il y a des citoyens qui sont tués chaque jour et pratiquement, eux, ils sont là juste pour compter les morts et ils prennent ces gens qui sont tués comme des statistiques.

Aussi longtemps qu'ils ne seront pas actifs, nous allons exiger leur départ. Et d'ailleurs, à Goma, nous allons organiser deux journées ville morte -les vendredis et les jeudis- et une marche pacifique pour leur dire : Vous avez échoué, il est maintenant temps de partir », explique Espoir Ngalukiye, militant de la Lucha à Goma, dans l'est de la RDC.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.