Ile Maurice: Projet de loi controversé - Le ministère «ouvert à des contre-propositions»

Des amendements seront apportés à la loi régissant l'industrie de la construction.

L'objectif de la nouvelle législation est d'apporter une «certaine harmonisation entre les différents acteurs issus du secteur de la construction et d'accorder plus de pouvoirs au Construction Industry Development Board». C'est la version officielle du ministère des Infrastructures publiques après que des voix se sont élevées contre le Construction Industry Development Board (Amendment) Bill. Selon une source autorisée, il était temps d'introduire ce projet de loi au Parlement en vue de faciliter les démarches dans le secteur de la construction.

En ce qui concerne l'amendement le plus controversé visant à permettre aux architectes étrangers de pouvoir pratiquer à Maurice sans la nécessité d'être en joint-venture avec un partenaire local, le ministre Bobby Hurreeram fournira tous les détails à ce sujet en deuxième lecture du projet de loi. Selon nos recoupements, le ministère reste aussi ouvert à des contre-propositions.

D'ailleurs, il y a deux semaines, une rencontre a eu lieu entre les représentants du Professional Architects Council et ceux du Professional Quantity Surveryors' Council. Ces derniers figurent parmi ceux qui s'opposent aux amendements apportés.

Le mardi 6 avril, c'était au tour du président de l'Union internationale des Architectes (UIA) de formuler des réserves au sujet des amendements proposés. Dans une correspondance envoyée à Divesh Guttee, président de la Mauritius Association of Architects, Thomas Vonier exprime sa «vive préoccupation» au sujet de la législation. Il y exhorte même le gouvernement mauricien à «reconsidérer» ce qu'il décrit comme étant une «direction malavisée» prise quant à la législation et de «respecter» les normes internationales de professionnalisme établies par l'UIA sur la pratique architecturale.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.