Ile Maurice: Blanchiment d'argent - Gel des avoirs de Sada Curpen et de ses présumés complices

L'ICAC avait demandé à la Cour suprême le gel des avoirs de Sada Curpen et de ses présumés complices arrêtés sous la section 56 (3) (a) en décembre pour blanchiment d'argent, ce qui ne leur permet de disposer, vendre ou transférer leurs biens sans l'aval d'un juge.

Pour rappel, sept perquisitions avaient eu lieu au même moment le 17 décembre. Les enquêteurs soupçonnaient Sada Curpen d'avoir acquis des biens immobiliers avec de l'argent provenant d'activités illicites. Un policier et son épouse Hussein Zahir Sayed Ackbar et Parween Shoo-kat Hussain Sayed Ackbar ont été interrogés. David Ramburn, un de ses proches collaborateurs est également soupçonné d'organiser des paris illégaux sur les courses hippiques.

L'ICAC a demandé la saisie d'un terrain de 303,90 m² à Bois-Pignolet, de la maison de Sada Curpen à Terre-Rouge, d'un lopin de terre de 94,97 toises à Vishnu Kchetra Mandir à Port-Louis et d'un autre terrain de 557,15 m² à la rue St-Pierre, à Cité Briquetterie. Une Honda Vezel appartenant à Maya Car Rental Ltd, un appartement à Morcellement le Barachois à Grand-Gaube enregistré par la compagnie Erchwon Ltd ainsi qu'un tracteur JCB ont connu le même sort. Trois véhicules appartenant à l'épouse du policier Parween Shookat Hussain, deux Mazda Demio, une Nissan Tiida et une Citroën DS 5 au nom d'un certain Jonathan Jules ont également été saisis.

Les autres voitures réquisitionnées appartiennent au policier Hussein Zahir Sayed Ackbar, à savoir quatre véhicules de la marque Toyota Vitz achetés en leasing. Un scooter Aprillia au nom de Marie Kathy Jennifer Sabrina Ramburn a connu le même sort.

La Cour suprême demande que toutes les personnes mentionnées dans cette affaire expliquent la provenance des fonds qui ont permis ces acquisitions. Lors de son interrogatoire, Sada Curpen avait expliqué aux enquêteurs de l'ICAC qu'il percevait une aide financière de sa famille en France.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.