Congo-Brazzaville: Rapatriement des reliques de Patrice Lumumba - Guy Patrice Lumumba dit « non »

Guy-Patrice Lumumba, fils cadet de Patrice Lumumba et ancien candidat à la présidentielle de 2006 en RDC, a tenu une conférence de presse sur le sujet, le 8 avril, au Press Club de Bruxelles, et a également adressé un courrier au roi de Belgique, Philippe 1er, pour exprimer son refus du rapatriement des reliques de son père.

Dans sa déclaration, Guy Patrice Lumumba a estimé que le rapatriement de Patrice Lumumba doit se faire en accord avec la famille. "Je m'oppose catégoriquement à ce que les reliques de mon père soient restituées au gouvernement actuel", a affirmé Guy Patrice Lumumba, expliquant qu'il prend cette position du point de vue du droit et de la forme. Il a dénoncé le fait que la famille ait été écarté de la procédure de rapatriement de Patrice Lumumba et a dénoncé une récupération politique du pouvoir en place à Kinshasa. « Le président a mis un de ses amis pour piloter le rapatriement. Ce n'est ni une personnalité politique, ni un membre de la Présidence de la République, de la Primature, de l'Assemblée nationale ou du Sénat. C'es juste un individu et c'est l'ami personnel du président Tshisekedi » , a affirmé Guy Patrice Lumumba. Répondant à la question de savoir qui était cet ami personnel, il a fait savoir qu'il s'agissait de Balufu Bakupa Kanyinda. « Il fait du tapage médiatique dans la presse que c'est lui qui coordonne le rapatriement. Pour qu'il puisse le dire, c'est qu'il a été nommé et sans notre consentement », a fait savoir Guy Patrice Lumumba.

Ce dernier a également dénoncé le fait que ses frères et sœurs, rentrés s'installer en RDC depuis 29 ans, comme il l'a rappelé, ont des difficultés pour obtenir un visa Schengen pour se rendre en Belgique, depuis l'annonce en septembre 2020 de l'autorisation par la justice belge à la famille de pouvoir reprendre les restes du héros de l'indépendance du Congo assassiné en 1961. Cette annonce a été suivie en décembre 2020 de la décision prise par le président Félix Tshisekedi du retour des reliques de Patrice Lumumba le 30 juin 2021, lors de la célébration du 61e anniversaire de l'indépendance de la RDC.

Un agenda électoral

Guy Patrice Lumumba a ainsi indiqué qu'un programme a été établi pour que les reliques quittent la Belgique le 15 avril 2021 pour Lubumbashi, lieu de l'assassinat de Lumumba, où elles resteront pendant deux semaines, avant d'être encore transférées à Kisangani pour deux semaines, puis à Lodja, ville d'origine de Patrice Lumumba, avant d'être finalement envoyées vers Kinshasa. « C'est un parcours électoral pour le président Félix Tshisekedi, car il prépare déjà sa réélection pour les prochains scrutins. Je suis au courant de cela et je tiens à le stopper », a déclaré Guy Patrice Lumumba. Pour ce dernier, il était donc prévu que les reliques de Lumumba arrivent à Kinshasa le 29 juin et que le roi Philippe arrive à Kinshasa pour l'occasion et enterrer l'affaire Lumumba ainsi que sceller la réconciliation entre la RDC et la Belgique, une réconciliation qui, selon lui, est toujours recherchée en prenant Lumumba comme prétexte.

Un courrier adressé au roi de Belgique

Voilà pourquoi, a fait savoir Guy Patrice Lumumba, il a rédigé un courrier aux autorités belges, notamment au roi de Belgique. « Je me permets par la présente d'informer votre Majesté, mon opposition absolue à la remise aux autorités congolaises actuelles, des reliques de feu Patrice Lumumba en vue de leur rapatriement. Cet événement majeur souhaité depuis soixante ans pour permettre à la famille de Lumumba d'achever son deuil interminable et aux Congolais de témoigner leur gratitude envers leur héros national ne pourrait se tenir que dès lors les autorités se montreront à la hauteur. A l'heure actuelle, ce n'est pas le cas. Telle est ma conviction », a écrit Guy Patrice Lumumba. Pour ce dernier, « le rapatriement des reliques de son père voudrait exclure la dimension familiale, en raison d'absence de concertation réelle entre le gouvernement congolais et l'ensemble des membres rapprochés de la famille de l'ancien Premier ministre, particulièrement tous ses enfants, de manière inclusive », car, a-t-il fait savoir, l'assassinat de Patrice Lumumba reste, avant tout, un drame familial.

Mauvais choix de la date

Dans sa lettre aux autorités belges, Guy Patrice Lumumba dénonce également le mauvais choix de la date de l'évènement, le 30 juin, « qui est le jour au cours duquel les chefs de gouvernement du Congo et de la Belgique ont prononcé leurs discours fondant le Congo indépendant. Et l'allocution de Lumumba l'a conduit à la mort ».

L'autre raison invoquée par Guy Patrice Lumumba est d'ordre politique, comme expliqué dans son courrier. « Le président congolais, intéressé par des gains politiques, a récompensé M. Jonas Mukamba, l'un des hommes qui a pourtant permis une mort atroce à l'ancien Premier ministre. En offrant un véhicule à ce dernier, Félix Tshisekedi l'a, de ce fait, remercié pour le martyre qu'il a fait subir à mon père », a martelé le Fils Lumumba.

Les reliques de Patrice Lumumba, un doigt et deux dents , selon Guy Patrice Lumumba, sont aux mains de la justice belge, après avoir été saisies en 2016 chez la fille d'un ex-policier belge, Gérard Soete, qui avait contribué à faire disparaître le corps de Patrice Lumumba après son assassinat en janvier 1961.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.