Congo-Kinshasa: Voir ou revoir - « Le ministre des poubelles » de Quentin Noirfalisse

Film écrit et réalisé par le journaliste et cinéaste belge, Quentin Noirfalisse, « Le ministre des poubelles » est un documentaire portrait sur l'artiste Emmanuel Botalatala. Sorti en 2017, le long-métrage met en lumière un artiste engagé qui, à travers le recyclage des déchets, parvient à créer des œuvres moralisantes.

Grand penseur, regard pointilleux, mains agiles et jambes déformées par la polio, Emmanuel porte à merveille son nom d'artiste « Ministre des poubelles » car c'est au milieu des tas de déchets qui encombrent les rues de Kinshasa, capitale de son pays, qu'il trouve des perles rares pour ses chefs d'œuvres. Et, chaque jour, dans un coin de sa parcelle, il coupe, assemble, peint et colle sur des contreplaqués le résultat de sa créativité. « L'homme moderne jette tout. Au XXe siècle tout est poubelle. Alors, une question me taraude l'esprit : tout ce qu'on jette, est-il jetable ? Je ne pense pas. La preuve est que je donne un sens et un nouveau souffle aux immondices », stipule fièrement Emmanuel Botalatala dans ce documentaire.

Ainsi, en travaillant ces matériaux inutiles à première vue, Emmanuel pose la question de recyclage de tout ce qui est vil dans la société en partant de la mentalité. Pour lui, tout peut être récupéré en vue de servir valablement. Il pense là aux institutions internationales et nationales, aux méthodes de gestion, aux valeurs transmises, à l'éducation, etc. « Durant trois ans, nous avons suivi la trajectoire unique de cet homme, qui partage bien des inquiétudes de ses concitoyens, et, sans doute, des téléspectateurs », a déclaré le réalisateur du film. Pour Quentin Noirfalisse, cette aventure a été un grand moment d'apprentissage.

Artiste autodidacte et engagé depuis 1980, le ministre des poubelles crée des tableaux hautement politiques et met en relief à partir des déchets des sujets qui demeurent d'actualité en Afrique tels que la colonisation, les conflits armés, le sous-développement, la pauvreté, l'incivisme, la soif du pouvoir, le changement de mentalité, le respect de l'environnement à l'ère du changement climatique, les contradictions de la coopération Nord-Sud, processus électoral en panne, violences faites aux femmes, trafic d'armes, etc. Emmanuel Botalatala conçoit l'art comme une interpellation en vue de promouvoir la paix, la bonne gouvernance et la justice.

A ce propos, en 2014, alors que le Congo se dirigeait vers des élections aussi capitales que sous tensions, Emmanuel n'hésitait pas à réaliser des œuvres poignantes pour interpeller la conscience collective. Dans ce film documentaire de 1h 15 min, on découvre à ses côtés, ceux qui l'aident à accomplir sa mission, à savoir Richi et Eric, ses apprentis confrontés à la débrouillardise ; Romain, prof éthique et directeur de cabinet et surtout Marguerite, son épouse.

Guidé par l'envie de laisser une trace à travers un centre culturel pouvant sauver son œuvre et former des jeunes « ministres des poubelles de demain », Emmanuel emmène à réfléchir sur le rôle qu'un artiste et sa vision peuvent jouer dans un pays qui se cherche, plus de cinquante ans après son indépendance.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.