Congo-Brazzaville: Danse contemporaine - « Rédemption » à suivre le 24 avril

Spectacle de danse contemporaine créé par la compagnie Ngue ni mey, « Rédemption » est un dialogue entre le monde des morts et celui des vivants, entre le réel et l'imaginaire. La diffusion de son enregistrement live aura lieu le 24 avril sur les médias congolais et sur la page Facebook de l'Institut français du Congo (Ifc) de Brazzaville.

Après plusieurs créations telles que Labyrinthe, Plutôt nous sommes, lutteurs, la compagnie de danse Ngue ni mey fait désormais son périple avec sa dernière œuvre « Rédemption » qui a été concoctée, l'an dernier, durant le confinement. Comme dans toutes ses créations, celle-ci se veut aussi diversifiée, entremêlant la rencontre, l'échange et le sens du partage.

Spectacle de 60 min, « Rédemption : Quand les morts se chargent des mots » aborde des faits réels qui touchent quasiment toutes les sociétés du monde, notamment : la famine, la xénophobie, la dégradation de la couche d'ozone, la violence faite à la femme, le racisme, le terrorisme, les guerres et autres. Dialogue entre le palpable et l'irréel à travers les corps, les gestes et les voix cadencées des musiques du Congo, ce spectacle vise à faire comprendre au public que le monde peut devenir meilleur s'il écarte ce qui le tire sans cesse vers le bas.

L'enregistrement de ce spectacle s'est fait à l'espace Apocalypse, friche mécanique située au cœur du 2e arrondissement, Bacongo, et incarnant la rédemption. Sa particularité réside dans le fait qu'il explore plusieurs genres chorégraphiques tels que le classique, la tradition, le hip-hop et l'afro-house.

Compte tenu de la situation sanitaire liée à la pandémie de covid-19, depuis la conception du spectacle, il n'a pu être joué que deux fois. En décembre 2020 aux ateliers Sahm et en février dernier à l'IFC de Pointe-Noire, en présence d'un public limité. En cela, en attendant la reprise de la tenue des spectacles grand-public, la diffusion de « Rédemption » sur les différentes chaînes de télévision nationales et sur la page Facebook de l'Institut français du Congo est une manière de partager l'œuvre à un très large public, tant au Congo qu'à l'international.

Depuis sa création en 2009, par Bobie M'foumou, la compagnie de danse et association culturelle Ngue ni mey vise à perpétuer et vulgariser l'art de la danse africaine en général, et congolaise en particulier. Accompagnant et encadrant les jeunes artistes en quête d'orientation, la compagnie se veut aussi un groupe d'apprentissage, de formation artistique des jeunes dans un esprit d'ouverture, en vue de créer des spectacles. Elle se veut aussi une piste d'intégration, d'épanouissement à la fois physique et moral, de tous ses membres.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.