Sénégal: Les AMP, "un outil efficace" de restauration des ressources halieutiques (officiel)

Somone (Mbour) — Les Aires marines protégées (AMP) constituent un "outil efficace" de restauration des ressources halieutiques et de gestion durable des pêcheries,a affirmé, jeudi, le conseiller technique n°2 ;du ministère de l'Environnement et du Développement durable, le Colonel Ibra Sounkarou Ndiaye.

"Les AMP sont aujourd'hui reconnues comme un outil efficace de restauration des ressources halieutiques mais aussi de gestion durable des pêcheries, et doivent être prises en compte dans la définition des mesures et politiques des pêches comme partout en Afrique de l'Ouest", a-t-il déclaré.

Il s'exprimait à Somone (Mbour, ouest), au démarrage des travaux d'un atelier de la Direction des aires marines communautaires protégées (DAMCP) sur "Gestion des aires marines protégées face aux enjeux et défis actuels".

"Il est établi que la conservation de la diversité biologique est, dans une large mesure, tributaire de la perception du public et de la conviction des décideurs que celle-ci a une valeur aussi compétitive que les ressources des secteurs dits porteurs", a fait valoir colonel Ndiaye.

Selon, lui, il est important d'asseoir une gouvernance qui associe l'ensemble des parties prenantes pour "voir dans quelle mesure il faut se mettre en réseau pour plus de synergie dans les interventions".

Il a exhorté les parties prenantes de la gestion des AMP à "accorder une attention particulière à la valorisation de la biodiversité et des services écosystémiques et son intégration dans tous les aspects de la planification".

Pour le Colonel Ibra Sounkarou Ndiaye, "le maître-mot reste la conservation au service de la communauté, donc promouvoir le développement socioéconomique durable des communautés riveraines des aires marines communautaires protégées et au-delà, du Sénégal dans son ensemble".

C'est pourquoi, il a estimé que "les embellis ne doivent pas, pour autant, occulter les menaces qui pèsent sur la pérennité des Aires protégées, sur la biodiversité de manière générale et, par ricochet, sur l'économie nationale".

Il a plaidé pour une gestion participative de ces aires protégées pour une conservation efficiente de la biodiversité au profit des communautés.

"Les défis sont énormes, surtout avec l'exploitation des ressources pétrolières et gazières qui est une préoccupation par rapport à la gestion des aires marines protégées mais aussi par rapport à la conservation de la biodiversité, même si ces ressources pétrolières et gazières sont une opportunité pour notre pays", a fait remarquer Ndiaye, ingénieur des eaux et forêts.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.