Algérie: La réorganisation de la DGDN permettra d'accélérer la régularisation du dossier de foncier

Alger — Le ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a affirmé, jeudi à Alger, que la réorganisation de la Direction générale du domaine national (DGDN) en une seule direction de cadastre, permettra d'accélérer la régularisation du dossier du foncier.

Répondant à une question sur les dispositions juridiques et réglementaires relatives au foncier en Algérie, posée par un membre du Conseil de la nation lors d'une plénière consacrée aux questions orales et conduite par le Président du Conseil, Salah Goudjil, M. Benabderrahmane a indiqué que l'opération de cadastre devait s'achever en 2005, mais elle se poursuivait toujours, d'autant que sa non finalisation à ce jour, figure parmi les obstacles de régularisation des fonciers, tous types confondus.

A ce propos, le ministre a souligné la nécessité de réactiver les mécanismes à même de remédier au problème du foncier, à travers le reprise des opérations de cadastre, affirmant que la réorganisation de la DGDN, par la création d'une seule direction de cadastre, permettra d'accélérer la régularisation du dossier de foncier, de hâter la cadence des travaux, de définir le cadre juridique régissant ces fonciers et d'activer les mécanismes pratiques en vue de donner les droits à leurs bénéficiaires, notamment les actes de propriété qui sont un des droits des citoyens.

Répondant à une question sur "les perturbations et l'anarchie" relatifs à l'exploitation des terres qui étaient appelées "Arch", notamment après l'année 1830 et les mesures prises par son département ministériel concernant cette catégorie de terres, le ministre affirme qu'elles sont considérées comme des terres relevant du domaine privé de l'Etat et sont soumises aux textes juridiques afférents aux domaine national.

A une question d'un membre sur le critère d'âge pour obtenir un crédit foncier, "un obstacle", selon lui, pour les cadres désirant acheter un logement ou un terrain, M. Benabderrahmane a indiqué que l'octroi des crédits fonciers repose sur la politique de gestion des risques auprès de la banque, qui est fixée en conformité avec les exigences réglementaires en vigueur.

Le ministère a souligné que l'âge est effectivement "un critère primordial" dans la définition du montant du crédit et la période de paiement.

En dépit de ces critères exigés par les banques, le ministre a indiqué que plusieurs banques les ont revus pour améliorer l'attractivité de leurs offres, une mesure qui a permis d'augmenter la limite d'âge pour bénéficier d'un crédit foncier jusqu'à 70 ans voire 75 ans.

Le ministre a évoqué le rôle des banques publics dans le financement hypothécaire.A ce propos, le ministre des Finances a fait état de l'augmentation du total de crédits fonciers accordés par les banques publiques, à savoir 672 milliards de DA fin 2019 contre 519 milliards de DA durant 2017, soit une hausse de 13 %.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.