Burkina Faso: Championnat national de football de D1 - S'achemine-t-on vers un blocage ?

Dans une lettre adressée à la Ligue de football professionnel, l'USFA attire l'attention de la structure organisatrice du Faso foot sur l'urgence d'œuvrer à ce qu'il n'y ait pas de matchs en retard après la 27e journée du championnat national de football d'élite. D'autres équipes comme l'AS Douanes se préparent à s'aligner derrière les bidasses.

Le ton a été donné par l'USFA. En effet, par une correspondance, la formation militaire a attiré l'attention de la Ligue de football professionnel d'œuvrer à ce qu'il n'y ait pas de matchs en retard à l'issue de la 27e journée du championnat national de football de D1. Selon la formation militaire, une équipe, au-delà de 3 matchs en retard, biaise le marathon footballistique burkinabè. Une autre équipe qui s'apprête à s'aligner derrière l'USFA, est l'AS Douanes. Le staff dirigeant de cette formation, se prépare, lui aussi, à adresser un courrier à la Ligue. Les Gabelous vont plus loin.

Ils demandent à la structure organisatrice du Faso foot d'arrêter le championnat à l'issue de la 25e journée pour le reprendre après son actualisation, c'est-à-dire après épurement des matchs en retard. Outre ces deux formations, d'autres épousent l'idée et se préparent à faire pareil. Ce qui veut dire que si rien n'est fait, le marathon footballistique risque de connaître un blocage. Ce qui est fortement probable si l'on sait que la compétition aborde sa 25e journée ce weekend. Journée à l'issue de laquelle, Salitas, présentement au Bénin, campagne africaine oblige, comptera encore un match en retard. Ce qui fera un total de trois. Et dire qu'après le retour du Bénin, les Salitassiens devront enchaîner avec les deux équipes tunisiennes. L'évidence va donc vers plus de quatre, voire cinq matchs en retard pour le représentant burkinabè en coupe de la Confédération de la CAF. Cela sans compter la Coupe du Faso, où, elle a obtenu son ticket pour le prochain tour.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.