Burkina Faso: Tournée des casernes de Chériff Sy - Les hommes du Sahel reçoivent leur lot d'encouragement

Après la région du Centre-Nord, le cap a été mis hier 8 avril 2021 au Sahel d'où le ministre d'Etat, ministre de la Défense nationale et des Anciens Combattants, a poursuivi sa revue de la troupe.

Tour à tour, les éléments du 11e régiment d'infanterie commando, du Centre d'instruction de la première région militaire, du 13e escadron de gendarmerie mobile de Dori, de la brigade territoriale de Dori et du détachement militaire de Gorom-Gorom n'ont pas caché leur joie d'avoir reçu celui-là même qui a été chargé, entre autres, de mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière de défense.

Il aurait voulu donner l'image d'un ministre de la Défense nationale et des Anciens Combattants proche de ses hommes qu'il ne s'y serait pas pris autrement. Chériff Sy, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a repris son bâton de... commandement en foulant le sol d'autres enceintes militaires de la région du Sahel. Une région, dont on n'a pas besoin est de rappeler qu'elle est en proie depuis ces six dernières années aux assauts meurtriers d'« individus armés non encore identifiés » qui ont juré par tous les "saints" de perturber la quiétude de ses populations en particulier et des Burkinabè en général. Mais des hommes et des femmes pour leur tenir tête et contrecarrer leur dessein machiavélique, il n'en manque pas.

Ce sont des officiers, sous-officiers et militaires du rang dont « le moral est très bon » que le ministre a rencontrés. Son périple du jour débute au 11e régiment d'infanterie commando où il a procédé à une revue de troupe. Des échanges sont aussitôt engagés avec les responsables militaires pour s'enquérir de la situation sécuritaire. En plus du « point de la situation » livré à l'autorité, les chefs militaires n'omettent pas d'égrener les difficultés qui entravent le bon fonctionnement de leur mission. Dans la foulée, ce sont les hommes de terrain qui reçoivent les félicitations et les encouragements du chef de l'Etat, chef suprême des armées, Roch Marc Christian Kaboré.

La reconnaissance de la nation tout entière est témoignée avant de formuler des bénédictions du genre : « Que le Tout-Puissant veille sur vous et le Burkina Faso ». De quoi gonfler à bloc le sergent Emilienne Sawadogo, déployé dans la capitale de la région du Sahel dans le cadre de la sécurisation du territoire. « Ça nous fait chaud au cœur d'avoir reçu le ministre, il a eu des mots très encourageants à notre endroit. Nous serons davantage motivés dans l'exécution de nos tâches quotidiennes. Je participe aux activités programmées au même titre que les hommes, mais sur le terrain de la lutte contre le terrorisme, il arrive que nous procédions à la fouille des femmes au niveau des check-point », a-t-elle indiqué.

De là-bas, le cortège s'ébranle vers le centre d'instruction de la première région militaire où, couvertes de poussière, des recrues traduisent leurs respects à la hiérarchie. N'empêche, elles doivent « tomber » en position pour pomper. « Bas-haut », entonne leur instructeur, face à des gens qui ne rechignent pas à la manœuvre. Au contraire, on chante énergiquement à se rompre les cordes vocales. Passé la randonnée dans la ville, c'est à bord d'un hélico que la délégation se rend à Gorom-Gorom pour se poser à bonne distance du détachement tout aussi enjoué. Son responsable fait cas du manque d'eau, d'où un besoin de forage, et de l'insuffisance des moyens roulants, entre autres. « Nous allons étudier la question le plus rapidement possible », lui répond Chériff Sy.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.