Cameroun: Paul Biya prépare-t-il une succession dynastique?

Alors que la bataille pour la succession de Paul Biya est lancée au Cameroun, un mouvement est né pour porter la candidature de son fils. Si l'initiative commence à faire grand bruit dans le pays, Franck Biya ne s'est jamais prononcé sur le sujet. Un ballon d'essai pour préparer l'opinion à une succession dynastique?

Si le septennat de Paul Biya, 88 ans dont 39 au pouvoir, court jusqu'en 2025, la question de la succession à la magistrature suprême est aussi au cœur de l'actualité politique depuis sa réélection de 2018. Le sujet agite tous les camps rivaux et alimente les débats. Comme pour en rajouter aux nombreuses hypothèses qui courent déjà dans l'opinion, un groupe de pression dénommé «les Franckistes» - qui rassemble en son sein des hommes politiques, des hommes d'affaires et des personnalités proches du pouvoir- et réuni au sein du «Mouvement citoyen des Franckistes pour la paix et l'unité du Cameroun» entend porter la candidature de Franck Biya, fils de Paul Biya pour assurer la «transition générationnelle» prônée par le Président lui-même. Pour Jean Marie Anaba, secrétaire à la communication de ce mouvement, bien qu'existant depuis 2013, le fort déploiement actuel émane justement «du message du chef de l'État à la jeunesse au soir du 10 février, parlant de la transition générationnelle».

« Nous avons donc saisi la balle au rebond. Nous nous sommes posé la question de savoir, quel est le jeune qui incarne le mieux cette vision-là, nous avons remarqué que c'est Franck Biya. Il est juste le symbole de ce Cameroun auquel nous aspirons. Mais ce mouvement n'est pas une branche du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, parti au pouvoir). C'est un mouvement qui est ouvert à tous les Camerounais de tous les partis politiques », souligne-t-il au micro de Sputnik. Lire la suite.

Au Cameroun, Paul Biya prépare-t-il une succession dynastique?

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.