Madagascar: Exportation - Un nouveau laboratoire pour garantir la qualité des produits alimentaires

Ce laboratoire peut détecter plus de 300 molécules de pesticides et des traces d'antibiotiques dans les produits d'origine animale.

Ce laboratoire des micropolluants a été inauguré hier à l'Institut Pasteur de Madagascar.

Les opérateurs économiques locaux n'ont plus besoin d'envoyer des échantillons à l'étranger pour analyser en laboratoire les contaminants alimentaires dans leurs produits agricoles et leurs produits agro-alimentaires à exporter. Désormais, ils ne subiront pas non plus de pertes financières conséquentes suite à plusieurs cas de refoulement aux frontières ou de retrait du circuit de distribution dus au dépassement des limites des résidus chimiques autorisés par les réglementations européennes.

On peut citer entre autres, les black eyes, la vanille et le litchi qui n'ont pas pu récemment être écoulés sur le marché européen. En effet, Madagascar dispose maintenant d'un nouveau laboratoire des micropolluants qui est mis en place au sein du Laboratoire d'Hygiène des Aliments et de l'Environnement de l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM). C'est financé par le projet CASEF (Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière) sous tutelle du ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche et le projet PROCOM (Programme d'Appui à l'Emploi et à l'Intégration Régionale) de l'Union européenne.

Exigences d'accréditation. Plus précisément, le projet CASEF financé par la Banque mondiale, a contribué à l'acquisition des équipements de ce nouveau laboratoire tandis que le projet PROCOM va lui permettre de remplir les exigences d'accréditation en matière de fiabilité des méthodes d'analyses et de raccordement métrologique. La maîtrise des conditions ambiantes et de traçabilité, n'est pas en reste. Les pays importateurs devront ainsi reconnaître les résultats d'analyse publiés par ce laboratoire étant donné que l'IPM sera accompagné vers l'accréditation et l'obtention de celle-ci.

Grâce à ce nouveau laboratoire d'analyse des contaminants alimentaires dans les produits agricoles et les produits agro-alimentaires à exporter par Madagascar, tous les contrôles du dosage des résidus phytosanitaires peuvent dorénavant être effectués sur le territoire national. Ce qui permettra à nos produits d'exportation d'être plus compétitifs sur le marché international puisque le délai et le coût d'analyse de ces contaminants alimentaires seront réduits. La qualité de ces produits agricoles, surtout ceux à exporter avant expédition, sera également garantie. Cela peut toucher plusieurs filières porteuses tels que la vanille, les épices, le miel, la pêche et l'aquaculture, les fruits et légumes, les grains secs et les arachides.

Authentification des aliments. Il faut savoir que ce nouveau laboratoire vise à détecter des micropolluants organiques tels que les insecticides, les fongicides, les antibiotiques pouvant contenir dans ces produits agricoles. Il est en même temps capable de détecter une centaine de pesticides, de nombreux contaminants issus des emballages ou des additifs alimentaires, et d'autres contaminants environnementaux comme les dioxines, sans oublier l'identification d'un profil chimique des huiles essentielles.

C'est une filière en pleine expansion dans l'économie nationale. On peut aussi y détecter plus de 300 molécules de pesticides, les différentes classes d'antibiotiques comme les pénicillines ou tétracyclines et les hormones stéroïdiennes dans les produits d'origine animale dont entre autres, la viande, le lait et le miel. Dans un deuxième temps, ce laboratoire pourra également développer des applications dans le domaine de l'eau et plus généralement de l'environnement pour ne citer que le dosage des hydrocarbures dans l'eau ainsi que des applications liées à l'authentification des aliments. Ce qui permettra de lutter contre les fraudes alimentaires avec l'adultération des aliments ou les fraudes à l'importation avec la tarification douanière. En tout, « ce laboratoire des micropolluants constitue un outil essentiel contribuant au développement économique de la nation en facilitant l'accès aux marchés et à la sécurité du commerce international des denrées alimentaires malgaches », selon le ministre de tutelle, Lucien Ranarivelo, lors de son inauguration hier.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.