Sénégal: L'OMS sur la relation entre la formation de cailloux de sang et le vaccin Astrazeneca - «C'est plausible mais pas encore confirmé»

Dans son point de presse d'hier, jeudi 8 avril, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré que le lien entre le vaccin AstraZeneca et le signalement de «rares» caillots sanguins chez des personnes à qui ce vaccin a été administré, est plausible mais pas encore confirmé. Elle s'est aussi prononcée sur le déroulement de la vaccination en Afrique.

Le Comité consultatif mondial pour la sécurité des vaccins de l'OMS a conclu cette semaine que le lien entre le vaccin AstraZeneca et le signalement de «rares» caillots sanguins chez des personnes à qui ce vaccin a été administré est «plausible mais pas encore confirmé». Cette conclusion fait suite à l'annonce de l'Agence européenne des médicaments qui a indiqué que les caillots sanguins inhabituels devraient figurer sur la liste des effets secondaires très rares du vaccin. «Sur les près de 200 millions de personnes à qui le vaccin AstraZeneca contre la covid19 a été administré dans le monde, le nombre de cas de caillots sanguins et de numération plaquettaire faible reste extrêmement bas», a renseigné l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son point de presse virtuel hier, jeudi 8 avril.

Et de renchérir : «le Comité consultatif mondial pour la sécurité des vaccins continue de recueillir et d'examiner d'autres données tout en surveillant attentivement le déploiement de tous les vaccins contre la covid-19». Cependant, l'OMS considère que « sur la base des informations actuelles, les avantages l'emportent largement sur les risques et que les pays d'Afrique devraient continuer à vacciner les populations avec le vaccin AstraZeneca». Sur la vaccination des personnes en Afrique, l'OMS estime que «moins de 2 % des 690 millions de doses de vaccin antiCovid-19 administrées jusqu'à présent à l'échelle mondiale l'ont été en Afrique où la majorité des pays ont reçu les vaccins, il y a seulement cinq semaines et en petites quantités». Elle a ainsi renseigné que «quarante-cinq pays africains ont reçu des vaccins, 43 d'entre eux ont commencé les vaccinations et près de 13 millions des 31,6 millions de doses livrées à ce jour ont été administrées».

Toutefois, à en croire l'OMS, «le rythme du déploiement des vaccins n'est cependant pas uniforme, 93 % des doses ayant été administrées dans 10 pays qui ont vacciné le plus grand nombre de personnes et ont utilisé au moins 65 % de leurs stocks».

L'OMS est aussi revenue sur les retards dans l'acheminement des vaccins aux bénéficiaires. «Les retards n'affectent pas seulement la prestation des activités de vaccination au bénéfice des cibles prioritaires, mais aussi l'élargissement de la vaccination au reste de la population, étant entendu que certaines personnes ont exprimé leur impatience de se faire vacciner», a souligné la directrice régionale du bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, Dr Matshidiso Moeti. Et de poursuivre, «l'Afrique a déjà un écart à rattraper en matière de vaccination contre la covid19 et cet écart ne cesse de se creuser».

SITUATION DE LA COVID EN AFRIQUE

Selon l'OMS, le continent africain a désormais enregistré près de 4,3 millions de cas d'infections liées à la covid-19 et 114 000 décès. Au cours des deux derniers mois, la situation s'est stabilisée dans la région, avec environ 74000 nouveaux cas par semaine. Cependant, le Kenya est touché par une troisième vague et la pandémie semble progresser dans 14 autres pays africains, notamment en Éthiopie, en Érythrée, au Mali, au Rwanda et en Tunisie.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.