Afrique: Covid-19 - La réponse du FMI a été une bouée de sauvetage pour les pays en difficultés

Alger — La réponse "agile et proportionnée" du FMI à la pandémie de Covid-19, notamment en élargissant ses panoplies de prêts et en augmentant les limites d'accès, a fourni une bouée de sauvetage essentielle aux pays membres confrontés à d'importants besoins de financement, a indiqué jeudi le gouverneur de la Banque d'Algérie (BA), Rosthom Fadli.

S'exprimant à l'occasion de la 43eme réunion du Comité monétaire et financier international du FMI, M. Fadli, gouverneur au nom de l'Algérie mais aussi de l'Afghanistan, le Ghana, l'Iran, la Libye, le Maroc, le Pakistan et la Tunisie, a salué le Plan d'Action Mondial de la Directrice Générale et "sa bonne volonté de créer les conditions d'une sortie sûre de la crise suivie d'une reprise économique mondiale soutenue, forte et inclusive".

Dans ce cadre, il s'est félicité de la reconnaissance par ce Plan des défis difficiles auxquels de nombreux pays en développement sont confrontés, dans le cadre de la réalisation des objectifs en matière de développement et de progrès social, tout en faisant face à de graves contraintes financières et à un endettement élevé.

Il a, en outre, encouragé le FMI, au nom du groupe, à intensifier ses activités sur les conséquences macro-critiques du changement climatique, de la numérisation, de la réduction de la pauvreté, de l'emploi des jeunes et de l'inclusion en général, tout en saluant le doublement des nouveaux mécanismes d'emprunt, ainsi que le renouvellement des accords d'emprunt bilatéraux pour répondre à la demande globale élevée et croissante des membres en matière de ressources du FMI et de la transition vers des mécanismes de ligne supérieure de crédit.

"Notre groupe attend avec intérêt l'aboutissement positif d'une nouvelle allocation de DTS à hauteur de 650 milliards de dollars US, et encourage le FMI à travailler sur des options de réaffectation volontaire des DTS au profit des membres les plus pauvres", a-t-il souligné.

Cependant, le gouverneur a fait remarquer que le redressement des pays les plus fragilisés est "entravé" par le manque de marge de manœuvre budgétaire, le niveau d'endettement élevé, la baisse de l'aide et l'accès limité au financement.

Evoquant la pandémie de Covid-19 et ses impacts sur l'économie mondiale, il a appelé à faciliter l'accès mondial à des vaccins efficaces et abordables, soulignant qu'il s'agit d'une "responsabilité mondiale et une question d'éthique et de morale".

Nécessité d'un soutien "impartial" au profit de tous les pays membres

Le groupe s'est dit "fermement convaincu qu'une participation internationale plus large, y compris des créanciers privés, est essentielle compte tenu des vulnérabilités de l'endettement des pays à faible revenu et les incertitudes qui menacent leur viabilité économique à moyen terme".

Selon M. Fadli, les Etats fragiles et les pays touchés par un conflit et ceux qui accueillent des réfugiés dans la région MOANAP méritent "une attention particulière" et une réponse opportune et proportionnée de la communauté internationale.

"La crise évolue encore et il y demeure le besoin d'une aide d'urgence", a-t-il mentionné en évoquant les demandes d'une quarantaine de membres qui sont "toujours en suspens", y compris "celle d'un grand pays de notre groupe".

A cet égard, le groupe a réitéré son "appel au Fonds pour que son soutien financier, ses conseils stratégiques et son renforcement des capacités soient mis à la disposition de tous ses membres de manière impartiale, sans exception", a souligné M. Fadli, cité dans le communiqué.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.