Angola: Le Facilcred finance plus de 430 projets agricoles

Luanda — La société de microcrédit «Facilcred» a financé, de juin 2020 à cette date, 439 projets commerciaux pour des petites et moyennes entreprises angolaises, à travers le pays, avec environ 438 millions de kwanzas.

Parmi les projets financés, en partenariat avec la Banque de Négoces Internationale (BNI), le secteur agricole bénéficie de la plus grande partie du gâteau, avec 367 projets, mis en œuvre dans la province de Huambo.

Quant au secteur de la transformation, du commerce du poisson et de la pêche, 66 projets ont été financés, deux dans le domaine de l'agro-industrie, et dans la collecte des déchets solides, la logistique et la distribution, un pour chacun.

Selon une note du Facilcred parvenue jeudi à l'ANGOP, les projets sont en cours de développement dans les provinces de Luanda, Huambo et Namibe.

L'intervention de la BNI dans le processus consiste à ouvrir et gérer les comptes bancaires des entrepreneurs, et à opérationnaliser la ligne de crédit du Facra, qui fait partie du Programme de secours économique.

Le Secours économique a été créé en avril 2020 pour aider les micros, petites et moyennes entreprises à faire face à la crise provoquée par la pandémie.

La BNI, en tant que partenaire, continuera de renforcer le soutien et le suivi aux petites et moyennes entreprises nationales avec ses nouveaux centres d'affaires répartis dans tout le pays.

En tant que partenaire, le Facilcred garantit une assistance aux entreprises de différents secteurs d'activité, avec des techniciens qualifiés, clarifiant l'avancement de l'ensemble du processus, de sa formation à l'octroi de crédit jusqu'à la mise en œuvre du projet.

Les centres d'affaires fonctionnent avec des équipes proactives, avec un ensemble de solutions spécifiques pour les clients, garantissant un accompagnement aux entreprises, leur permettant de se développer et d'être plus robustes au niveau national.

Parmi les projets financés, en partenariat avec la Banque de Négoces Internationale (BNI), le secteur agricole bénéficie de la plus grande partie du gâteau, avec 367 projets, mis en œuvre dans la province de Huambo.

Quant au secteur de la transformation, du commerce du poisson et de la pêche, 66 projets ont été financés, deux dans le domaine de l'agro-industrie, et dans la collecte des déchets solides, la logistique et la distribution, un pour chacun.

Selon une note du Facilcred parvenue jeudi à l'ANGOP, les projets sont en cours de développement dans les provinces de Luanda, Huambo et Namibe.

L'intervention de la BNI dans le processus consiste à ouvrir et gérer les comptes bancaires des entrepreneurs, et à opérationnaliser la ligne de crédit du Facra, qui fait partie du Programme de secours économique.

Le Secours économique a été créé en avril 2020 pour aider les micros, petites et moyennes entreprises à faire face à la crise provoquée par la pandémie.

La BNI, en tant que partenaire, continuera de renforcer le soutien et le suivi aux petites et moyennes entreprises nationales avec ses nouveaux centres d'affaires répartis dans tout le pays.

En tant que partenaire, le Facilcred garantit une assistance aux entreprises de différents secteurs d'activité, avec des techniciens qualifiés, clarifiant l'avancement de l'ensemble du processus, de sa formation à l'octroi de crédit jusqu'à la mise en œuvre du projet.

Les centres d'affaires fonctionnent avec des équipes proactives, avec un ensemble de solutions spécifiques pour les clients, garantissant un accompagnement aux entreprises, leur permettant de se développer et d'être plus robustes au niveau national.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.