Madagascar: Emploi et entrepreneuriat - La CTM élu à la vice-présidence des partenaires du JMCT

L'écart entre la formation et l'emploi persiste, favorisant le sous-emploi et le chômage, chez les nouveaux diplômés. C'est pour résoudre ce problème qu'a été lancé le projet JMCT (Jeunesse Malgache Compétente au Travail), mis en œuvre sur 5 ans, de 2018 à 2023. Ce projet, financé par Affaires mondiales Canada, est mis en œuvre par l'Université Québec-Trois-Rivières (UQTR) en partenariat avec l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Selon ses promoteurs, il s'agit d'un transfert d'expertise pour un renforcement des capacités de gestion des établissements malgaches, des programmes de formation professionnelle, technique et universitaire (FPTU), et des services d'insertion professionnelle et de soutien à l'entrepreneuriat.

Transversal. Trois secteurs d'activité sont touchés par le projet JMTC, notamment les BTP (Bâtiment et travaux publics), le Tourisme - Hôtellerie et Restauration (THR) et l'Entrepreneuriat. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, la CTM (Confédération du Tourisme de Madagascar), représentée par son directeur exécutif, Sandra Afick, a été élue vice-présidente de la Table de Concertation des Partenaires de JMCT. Ce projet incarne d'ailleurs les principes multilatéraux en faisant intervenir 9 établissements d'enseignement, 8 organisations du secteur privé et de la société civile. D'après les informations, 2 500 jeunes malgaches, dont 45% de filles, bénéficieront du projet et pourront entamer avec plus de pertinence leur profession autour de ce cercle du social et de l'économie du pays. Le projet vise donc l'amélioration de leur niveau d'employabilité et d'insertion professionnelle.

Axes. Le projet JMCT concentre ses activités autour de trois axes. Le premier concerne le renforcement de la gestion organisationnelle des établissements cibles. Des enseignants de l'Université du Québec à Trois-Rivières formeront eux aussi des enseignants des lycées et instituts susmentionnés. Le deuxième est relatif à la révision des programmes de formation. Tous les élèves et étudiants dans ces établissements bénéficieront d'une formation professionnelle que l'on intégrera au programme scolaire ou académique. Et enfin, le troisième axe vise le renforcement de l'insertion dans le monde de l'emploi et le soutien à l'entrepreneuriat des établissements de formation en collaboration avec les organisations du secteur privé et de la société civile.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.