Madagascar: Pierre Raoelina - « Aucune crainte de rupture de stock du CVO+ Gélules »

interview

Le directeur général de Pharmalagasy fait le point sur le contexte de la recrudescence de la Covid-19. Interview exclusive.

Midi Madagasikara : Où en est la société Pharmalagasy dans cette industrie pharmaceutique en mutation ?

Pierre Raoelina : « Nous sommes une usine pharmaceutique pouvant produire à l'échelle industrielle des médicaments de type remèdes traditionnels améliorés (RTA), médicaments traditionnels améliorés (MTA) et génériques. Notre capacité de production est notre principale force. L'usine a augmenté fortement sa production pour satisfaire la demande croissante en CVO+ Gélules, et notre département recherche et développement travaille d'arrache-pied pour le lancement d'autres médicaments sur le marché. Nous travaillons de concert avec le CNARP (Centre National d'Application des Recherches Pharmaceutiques), qui est le principal concepteur du CVO+ Gélules pour cela. Nous sommes en phase de conception d'autres médicaments qui sortiront aussi sous peu ».

M.M : Les observateurs se demandent si Pharmalagasy appartient réellement à l'Etat. Qu'en est-il ?

P.R : « Oui, Pharmalagasy est une société détenue à 100% par l'Etat malgache. Nous appliquons les principes de bonne gouvernance, ainsi que des méthodes de gestion du secteur privé. Nous sommes le fruit de l'anticipation stratégique du président de la République, Andry Rajoelina, pour réussir cette guerre que l'humanité entière mène. Nous sommes convaincus que Madagascar apportera sa pierre à l'édifice grâce à nos scientifiques et chercheurs malgaches. Nous pouvons être fiers de ce qui a été réalisé jusqu'ici car la production de médicaments est un processus complexe ».

M.M : En quoi est-ce complexe ?

P.R : « Il nous faut suivre un protocole strict qu'est le BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication) de l'Organisation Mondiale de la Santé. Nous respectons les règles d'hygiène pharmaceutiques, la pharmacovigilance, un local de production et conditionnement respectant les normes et standards internationaux. Il est aussi important de rappeler que les médicaments doivent respecter la législation et la réglementation en vigueur. Pour notre produit CVO+ Gélules, les étapes ont été respectées. L'obtention d'AMM (Autorisation de mise sur le marché) a suivi les règles imposées par la loi (code de la santé), la politique nationale de santé, le ministère de la Santé et L'AGMED (Agence du Médicament de Madagascar) ».

M.M : Pourquoi Pharmalagasy choisit-elle la discrétion en cette période de crise sanitaire ?

P.R : « Tout d'abord, il faut savoir et comprendre que la promotion d'un médicament n'est pas comme celle d'un produit de grande consommation. On ne peut pas faire de publicité sur le produit. C'est interdit par la loi. La loi est claire et nul n'est censé l'ignorer. Un médicament qui revendique des vertus préventives ou curatives doit avoir une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché), en conformité avec l'article 114 du Code de la Santé.

Les réseaux sociaux sont le terrain de nombreuses spéculations et discréditations. Nous avons confiance en notre produit dans sa version curative qui est actuellement en "phase 3" d'essais cliniques, sous la surveillance et la supervision de l'OMS. Cette approche scientifique apportera la reconnaissance du savoir-faire des chercheurs malgaches et la reconquête de la souveraineté industrielle de Madagascar".

M.M : Justement, il y a beaucoup de questions sur ces « essais cliniques », quelles seraient les perspectives pour le CVO+ ?

P.R : « Sans anticiper sur les résultats de ces essais cliniques, le mérite reviendra bien évidemment aux chercheurs Malagasy. Pharmalagasy entamera alors une campagne de promotion médicale et de sensibilisation nationale et internationale. Nous pourrons dire et affirmer par des preuves scientifiques que le CVO+ est le médicament qui apportera la solution à cette guerre contre cette pandémie mondiale. En ce qui concerne la distribution, Pharmalagasy a la capacité de ravitailler les grossistes pharmaceutiques, les pharmacies et les organismes habilités sous 24H. Il n'y a donc jamais eu de rupture et il n'y a aucune crainte à avoir par rapport à l'indisponibilité du CVO+ Gélules ».

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.