Congo-Kinshasa: Réformes électorales - Pour Fayulu, personne ne peut être candidat à plus d'une élection

« Personne ne peut être candidat à plus d'une élection et les suppléants ne doivent pas avoir des liens de parenté directs avec les candidats », propose Martin Fayulu, coordonnateur de la plateforme Lamuka.

Il l'a déclaré le vendredi 9 avril à Kinshasa lors de la conférence sur la réforme de la loi portant organisation des élections présidentielles et législatives 2023. « Vous ne pouvez pas être candidat président de la République et candidat député national ou provincial. Vous ne pouvez pas être candidat à plus d'une élection. Les suppléants ne peuvent pas avoir un lien d'alliance ou de parenté en ligne directe ou collatérale, jusqu'au deuxième degré », recommande Martin Fayulu.

Selon lui, la législature en cours a été marquée par certains faits honteux : des sénateurs et députés qui avaient pour suppléants leurs enfants et épouses. Pour Martin Fayulu, cette proposition est une nouveauté et doit être prise en considération.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Radio Okapi

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.