Ile Maurice: Politique - Le MSM fête ses 38 ans sans aucun membre fondateur

Fondé le 8 avril 1983, le parti au pouvoir depuis 2014 a fêté ses 38 ans dans l'indifférence, pandémie oblige. Madun Dulloo, l'un des membres fondateurs du parti orange aujourd'hui au MMM, raconte les événements qui ont mené à la fondation du parti maintenant dirigé par Pravind Jugnauth, fils de sir Anerood.

Le Mouvement socialiste militant (MSM) a eu 38 ans le jeudi 8 avril. Pas de célébration pour cet anniversaire comme ce fut le cas l'année dernière, le pays étant en confinement une seconde fois. Mais toujours est-il que ce parti qui est au pouvoir depuis fin 2014 n'a pas manqué, au cours de ces dernières années, de fêter dignement un de ses anniversaires. Surtout en 2018, soit 15 mois après que Pravind Jugnauth a accédé au poste de Premier ministre, en remplacement de sir Anerood Jugnauth, alors que le parti avait 35 ans.

Pour commémorer la naissance du pari, il y a eu quelques messages sur Facebook, notamment d'Armoogum Parsuramen, membre du Parti socialiste mauricien (PSM) qui se joint au MSM après la dissolution de son groupe politique, et de Ken Arian, qui fait les éloges de la réussite du parti de son gourou aux élections générales, même s'il n'en fait pas partie.

Les fondateurs du MSM, ceux qui ont donné corps à ce parti, sont ailleurs. Donc en ce 38e anniversaire, le MSM ne compte aucun membre fondateur. Certains sont décédés, notamment Dwarkanah Gungah et Mahen Utchanah. Un autre, Jugdish Goburdhun, est toujours proche du parti mais ne fait plus de la politique active, alors que Diwakar Bundhun a longtemps pris ses distances de la politique et du parti.

L'un des architectes de la fondation du MSM est Madan Dulloo, aujourd'hui membre du MMM. Élu pour la première fois dans la circonscription de Grand-Baie Poudre-d'Or en 1976 sous la bannière du MMM, Dulloo réédite cet exploit aux élections de juin 1982. Il rappelle qu'il y a eu deux cassures du gouvernement MMM PSM, dirigé par sir Anerood Jugnauth. «D'abord il y a le PSM qui prend ses distances du MMM. Puis il y a la cassure au sein du MMM, quand sir Anerood Jugnauth, Kader Bhayat et moi-même et quelques autres amis décidions de tenir ferme face à Paul Bérenger et son équipe. Il y a la séparation et nous trois allions former le MSM dont le lancement a eu lieu à Vacoas le 8 avril 1983», raconte Madan Dulloo.

Il se souvient comment Kader Bhayat et lui se sont donné corps et âme pour que d'autres députés, préférant rester au MMM dans un premier temps, se joignent au MSM. «Il fallait appâter certains avec un poste de ministre pour qu'ils se joignent au MSM.» Il ajoute qu'il y avait le PSM de Harish Boodhoo, avec seize députés, qui soutenait sir Anerood. C'est après que le MSM a été fondé que la bande de Boodhoo décide de dissoudre le PSM pour donner un coup de main au MSM.

«Moi en tant qu'un des membres fondateurs, j'étais parmi ceux qui avaient choisi le nom, le symbole et la couleur du parti. J'ai préféré me sacrifier et ne pas devenir ministre, alors que sir Anerood voulait me confier un grand ministère, en l'occurrence celui des Finances.»

Regrette-t-il ce qu'il a fait en 1983 pour ensuite être botté du MSM en 1994 ? «Non pas du tout», répond-il.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.