Sénégal: Autonomisation des femmes - La fondation Sococim «relance» l'Asfed

Après des difficultés financières liées à des pertes de marchés consécutives à un déménagement qui a conduit leur regroupement sur un emplacement moins accessible, les femmes de l'ASFED (l'Association des femmes pour l'entraide et le développement) ont sollicité et obtenu de la fondation Sococim un 3ème prêt remboursable de 3.180.000 frs pour la relance des activités. Ces femmes qui s'activent dans la transformation des céréales locales ont déjà eu à collaborer avec la fondation Sococim qui leur a déjà fait deux prêts complétement remboursés.

Selon Sokhna Ndiaye, les premiers accompagnements financiers avaient permis au groupement de développer ses activités par le recrutement d'un personnel suffisant mais malheureusement des facteurs externes sont venus mettre un grain dans la machine. Ce qui explique un peu la léthargie qui s'était emparée de leur structure. C'est justement pour redémarrer leurs activités dans un créneau qu'elles connaissent le mieux que les femmes de l'ASFED se sont à nouveau adressées à leur partenaire.

A en croire la présidente, ce nouveau prêt remboursable sur 12 mois servira à renforcer l'outil de travail et le personnel : « avec ce nouveau prêt, nous allons renforcer le matériel et le personnel ce qui va permettre de booster notre activité. Avec ces 3 millions le groupement compte acquérir une machine de préparation et de séchage du couscous. Les femmes comptent également améliorer leurs stocks de mil afin de mieux faire face aux fluctuations du prix sur le marché et réduire les coûts de production», a confié Sokhna Ndiaye.

Mame Patricia Diagne est revenue sur l'origine du partenariat qui date de l'année 2016, avec un premier financement donné en 2017. L'administratrice de la fondation Sococim explique la confiance par le respect des engagements dont a toujours fait montre le groupement. « Ce groupement a toujours respecté ses engagements tant du point de vue du recrutement que du remboursement des échéances. Nous encourageons à poursuivre dans cette rectitude pour ce nouveau prêt ».

De l'avis du Mme Diagne, le choix de solliciter un financement pour renforcer le matériel et un indicateur que le produit proposé est sollicité par les consommateurs, et dans le contexte sanitaire : « il y a une demande beaucoup plus forte des céréales locales, donc c'est une bonne chose de vouloir se renforcer pour satisfaire la demande » a-t-elle soutenu. Avec le nouvel emplacement choisi par le groupement pour exposer ses produits, situé sur un axe plus passant, l'espoir est permis que les produits seront écoulés plus rapidement.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.