Madagascar: Une épidémie de fièvre de la vallée du Rift frappe les cheptels de zébus

Une épidémie de fièvre de la vallée du Rift, une maladie virale qui touche principalement les bovins et qui peut aussi contaminer l'Homme, frappe actuellement les cheptels de zébus de plusieurs régions du pays. Elle se transmet par piqûre de moustique, agent du virus. Les autorités malgaches ont pris des mesures.

L'épidémie a commencé en février et l'Institut Pasteur a confirmé début avril plusieurs foyers de la maladie. 473 zébus morts ont été répertoriés en tout, sur un total d'environ 19 000 bêtes pour quatre régions, soit 35 communes touchées dans le pays selon les informations données par le ministère de l'Agriculture, qui tire la sonnette d'alarme.

Des mesures de restrictions de circulation de bêtes contaminées ont déjà été prises, ainsi que le traitement et la gestion des animaux malades, précise encore le ministère. La fièvre de la vallée du Rift touche les bovins mais aussi les moutons et les chèvres. L'animal salive beaucoup, les femelles perdent leurs petits. Les symptômes sont nombreux.

Pour la première fois en 1979

Le virus est apparu pour la première fois en 1979 à Madagascar. Et il réapparait depuis tous les dix ans environ, souvent dans le cadre de fortes précipitations, qui permettent à plus d'œufs de moustiques infectés d'éclore. L'homme peut aussi être contaminé de deux autres façons : s'il ingère de la viande infectée ou du lait cru issu de la bête, ou par inoculation s'il la manipule, dans le cadre de l'abattage ou de la mise à bas par exemple.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la maladie provoque des pathologies sévères chez l'homme comme chez l'animal. Et toujours selon l'organisation onusienne, le taux total de létalité pour l'homme demeure très variable d'une épidémie à l'autre, mais s'établit globalement à moins de 1% pour les épidémies qui ont été documentées sur le continent africain.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.