Afrique: Les magistrats doivent comprendre cependant qu'autant Alpha Condé auquel ils obéissent aujourd'hui au doigt et à l'œil s'en prend à ceux d'entre eux qui l'ont jugé en 2000, autant ils seront eux-mêmes cloués au pilori demain.

Le Tribunal de Première instance de N'Zérékoré a rendu enfin sa décision dans le dossier concernant les responsables et militants du FNDC.

Ces patriotes étaient poursuivis pour des faits imaginaires d'une extrême gravité allant de l'incitation à la violence au meurtre en passant par l'incendie volontaire, des infractions criminelles pour l'essentiel. À l'issue des débats, les juges bien qu'étant au service de Alpha Condé, ont fini par reconnaître à leur corps défendant qu'ils ont été saisis d'un dossier vide et qu'ils ont perdu leur temps à siéger sur des banalités. Mais comme il faut permettre à la Justice de sauver la face, ils ont condamné des innocents pour fait de manifestations à une peine assortie de sursis, en pensant qu'il s'agit d'un moindre mal. C'est ce genre de décisions qu'on appelle des " décisions bâtardes " c'est-à-dire des décisions qui prouvent que le juge n'est pas convaincu de la culpabilité des personnes poursuivies mais ne veut pas non plus les relaxer. Voilà la gymnastique à laquelle se livrent nos juges. Ils veulent toujours faire plaisir au pouvoir.

Depuis que la justice guinéenne a commencé à statuer sur des dossiers concernant des membres du FNDC ou de l'opposition, très rares sont ses décisions qui sont justifiées. Mais ce n'est pas avec des décisions de justice rendues pour les besoins de la cause que le combat du FNDC prendra fin.

L'engagement et la détermination du FNDC sont à la mesure de sa volonté de contribuer à l'avènement d'une véritable démocratie en Guinée. Ni la répression policière sauvage ni les décisions de justice de complaisance ne viendront à bout de cet engagement et de cette détermination.

Les magistrats doivent comprendre cependant qu'autant Alpha Condé auquel ils obéissent aujourd'hui au doigt et à l'œil s'en prend à ceux d'entre eux qui l'ont jugé en 2000, autant ils seront eux-mêmes cloués au pilori demain. Et ils ne diront pas qu'ils ne pouvaient rien puisque toutes les garanties d'indépendance leur sont offertes. Ils sont mieux payés et ils sont protégés par le Conseil supérieur de la magistrature.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.