Madagascar: Bilan Covid-19 - La barre de cinq cents morts atteinte

Le coronavirus circule fortement dans la communauté. Les décès liés à cette maladie haussent.

Madagascar a atteint la barre de cinq cents décès, en un an d'épidémie, avec les quatorze cas de décès du 8 et du 9 avril, survenus à Analamanga, à Sava, à Atsimo Andrefana, à Atsinanana, à Diana, à Boeny, à Vakinankaratra, à Itasy. Près de la moitié de ces cinq cents décès sont enregistrés, depuis janvier.

Certains diront que c'est « peu nombreux », par rapport aux victimes du virus dans des pays comme l'Inde, les États Unis ou le Brésil, qui enregistrent des centaines ou des milliers de décès, en 24 heures. Mais un mort sera toujours un mort de trop. De plus est que des sources affirment, que « plusieurs décès suspects de Covid-19 surviennent, également, mais ne sont pas inclus dans les chiffres officiels ». L'affluence des demandes de fabrication de cercueil, près d'une dizaine par jour, chez une entreprise de fabrication de cercueil à Anosy, témoigne, cette forte hausse de décès.

Ces chiffres ne vont, probablement, pas s'arrêter là. Les nouveaux porteurs du virus de Covid-19 détectés ne diminuent pas. En deux jours successifs, mille vingt neuf personnes sont confirmées positives au test de dépistage du coronavirus. Cinq cent quatorze, rapportés le 9 avril et cinq cent quinze, le 10 avril. Le 8 avril, les nouveaux cas rapportés étaient déjà de plus de cinq cents.

Record mondial

En parallèle, le pourcentage des personnes contaminées, parmi celles qui sont testées, grimpe. Ce taux de positivité atteint 38%, ce weekend. « C'est un record mondial », indique un médecin. En France ou aux États-Unis, il est autour de 7%. « Le taux de positivité est élevé, car nous effectuons un test ciblé et non un dépistage de masse. Ce sont, surtout, les personnes qui présentent les symptômes qui effectuent le test », explique une source auprès du ministère de la Santé publique. Ce taux de positivité ne doit pas être négligé, selon un médecin.

« C'est l'indicateur qui doit être considéré, et non les chiffres absolus des nouveaux cas. Il reflète la circulation du virus dans la communauté. S'il est élevé, cela veut dire que le virus circule fortement », rajoute-t-il.

Cette augmentation des chiffres sur le coronavirus a été prévisible. Les gestes barrières ne sont pas respectés, les attroupements se poursuivent. Alors que le variant sud-africain du coronavirus circule dans la communauté. Ce virus se propage rapidement, selon les scientifiques. Un responsable auprès du ministère de la Santé publique avait déjà indiqué que les chiffres sur les nouveaux cas vont stagner, pendant les prochains jours.

Devant la grande irresponsabilité des citoyens et le laisser-aller du gouvernement, les professionnels de santé souffrent. Trois mille six cent soixante dix-neuf personnes sont sous traitements, dans tout Madagascar. Trois cent dix se trouvent dans un état grave. Les agents de santé sont très débordés. Les capacités d'accueil sont largement dépassées, les plateaux techniques manquent pour les cas graves. Ainsi découlent la hausse des personnes décédées. Les professionnels de santé ne le réclament pas haut et fort, mais pour eux, le seul moyen pour couper la chaîne de transmission de ce virus est le confinement.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.