Sahara Occidental: La France s'emploie à faire perdurer le conflit au Sahara occidental

Alger — L'ambassadeur de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar a déclaré dimanche que la France "œuvre à faire perdurer le conflit au Sahara occidental", notamment au vu de la décision du parti au Pouvoir (La République En Marche) d'ouvrir une antenne dans la ville de Dakhla occupée, affirmant que le peuple sahraoui "fera face à tous les plans malveillants" entravant son droit à l'autodétermination.

Dans une déclaration à l'APS, M. Taleb a fait savoir que "la position du parti au pouvoir en France ne favorise aucune solution politique pour le conflit au Sahara occidental mais accentue plutôt la situation", ajoutant que "la France assume toute la responsabilité de ce conflit qui perdure".

"La France coloniale ne veut pas que la cause sahraouie soit réglée dans le cadre de la légalité internationale mais œuvre à faire perdurer le conflit".

Et d'enchainer que le parti français "La République En Marche" veut emprunter le chemin de l'ancien président des USA, Donald Trump, notamment que le parti de Macron qualifie la ville de Dakhla sise dans les territoires sahraouis occupés de "territoires sud du Maroc".

Il a justifié la sensibilité de cette décision par le fait qu'elle reflète la politique de la France d'autant qu'elle provient du parti au Pouvoir et non pas d'une simple formation politique même si le ministre français des Affaires étrangères avait déjà affirmé que son pays soutenait une solution mutuellement acceptable.

M.Taleb Omar n'a pas exclu, "l'implication de la France dans l'approvisionnement du Maroc en nouvelles technologies dans le domaine de l'armement, comme les drones, les satellites, etc", soulignant que le peuple sahraoui allait affronter par tous les moyens "les plans belliqueux de l'occupation marocaine et ses alliés".

La représentation du Front Polisario en France avait exprimé son rejet catégorique de la décision du parti au pouvoir français de créer une antenne à Dakhla dans les territoires sahraouis occupés, par le Maroc, considérant cette décision comme une "violation flagrante du statut juridique" du Sahara occidental.

Lire aussi : Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante

Dans un communiqué de presse, la mission sahraouie a déclaré que le Sahara occidental, selon les résolutions des Nations Unies, "n'est pas soumis à la souveraineté du Royaume du Maroc, qui du même point de vue reste une force d'occupation militaire qui pratique les pires formes d'oppression contre le peuple sahraoui".

Le Parti communiste français (PCF) a condamné l'ouverture par le parti "La République en Marche" (LREM), d'une antenne à Dakhla, ville sahraouie occupée par le Maroc, exprimant son soutien indéfectible au peuple sahraoui et à son représentant légitime, le Front Polisario.

De son côté, le député du Parti communiste français (PCF), Jean-Paul Lecoq a indiqué que "dix jours avant les discussions au Conseil de sécurité des Nations Unies pour le renouvellement de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, la Minurso, nous apprenons que le parti d'Emmanuel Macron a décidé pour célébrer les cinq ans de la naissance du mouvement d'ouvrir une antenne de ( En Marche) à Dakhla (prétendant) qu'il se situe dans les provinces du Sud du Maroc",

" Or, Dakhla est une ville du Sahara occidental qui est occupée par le Maroc depuis plus de 40 ans comme l'indique le droit international et plus d'une quarantaine de résolutions des Nations Unies", a tenu à rappeler le député français.

Il a affirmé que "ce choix à rebours du droit international du parti présidentiel va dans le sens du choix de Donald Trump, bien qu'il soit encore pire, puisqu'il est fait de manière rampante et sournoise".

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.