Congo-Kinshasa: L'inspecteur général des finances s'intéresse à la disparition de plusieurs millions de dollars

En RDC, l'inspecteur général des finances s'intéresse à la disparition de plusieurs millions de dollars qui auraient servi au financement de la création d'une entreprise supposée appartenir à des proches de l'ex-président de la République, Joseph Kabila. Jules Alingeti veut comprendre comment la société privée dénommée Egal SARL a vu ses comptes recevoir plusieurs millions de dollars initialement destinés à un compte intitulé « Banque centrale du Congo équipement ».

Dans une correspondance du 5 avril adressée à la directrice générale de BGFI Bank, une société franco-gabonaise, l'inspecteur général des finances dit vouloir des détails sur le mouvement d'environ 43 millions de dollars transférés de la Rawbank vers la BGFI Bank pour le compte de la Banque centrale du Congo. Cet argent avait été initialement destiné sur un compte intitulé « BCC équipements ». Cette somme, selon Jules Alingeti, a disparu, et c'est finalement retrouvée sur un compte ouvert au nom de la société privée Egal SARL.

Virement en quatre tranches

Un virement aurait été effectué en quatre tranches et les noms des agents impliqués dans ces mouvements sont cités. Pour l'IGF le compte séquestre qui a reçu cet argent a porté plusieurs numéros, il ne pouvait être actionné que par la BGFI Bank elle-même, et en aucune façon par la société Egal SARL. Il pense que c'est une volonté de brouiller les pistes.

Des millions qui appartiennent à l'État

Donc, à défaut de donner la destination réelle de cet argent, la BGFI Bank demeure seule responsable de la disparition des millions recherchés qui appartiennent à l'État congolais. C'est du moins la conviction de l'inspecteur général des finances. Il y a quelques années, un lanceur d'alerte, ancien employé de la BGFI Bank, avait déjà dénoncé ces agissements frauduleux.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.