Angola: L'Angola prend des mesures sûres pour relever les défis de l'astronautique

Luanda — Soixante ans après que Youri Gagarin ait effectué le premier vol spatial, pendant 108 minutes, l'Angola s'allie à la dynamique technologique et démontre des «pas fermes» dans le monde de la cosmonautique, bien que toujours de manière timide, se lançant dans la course spatiale Angosat2, qui entrera en orbite en 2022.

Conscient de la complexité et des avantages qui en découlent, l'Angola s'est engagé dans la formation de techniciens pour le secteur, au plus haut niveau, et dans la construction d'infrastructures, mettant l'accent sur deux «stations terriennes»: l'une en Russie et l'autre à Funda - ici dans le pays, sous la tutelle du Bureau de gestion du Programme spatial national (GGPEN).

L'objectif est de préparer les conditions techniques et humaines à «l'autonomie technologique», dans la gestion et le suivi de ces équipements et de l'Angosat-2, qui est en cours de construction pour remplacer Angosat-1. Il est à 50% de sa conception et on s'attend à ce qu'il soit mis en orbite d'ici 2022.

La construction est une conséquence du protocole complémentaire entre l'Angola et la Fédération de la Russie au contrat de fabrication de l'Angosat-1, lancé en décembre 2017, mais qui a ensuite été perdu dans l'espace, une situation normale et bien digérée par l'Angola, qui se consacre à la «Coexistence spatiale » directe.

L'Angosat-1, un investissement de l'État angolais de 320 millions de dollars américains (269,6 millions d'euros), a été lancé le 26 décembre 2017. Le contrat prévoyait, en cas d'impossibilité d'être mis en orbite, l'obligation de l'autre partie de refaire les services, comme ça se fait.

Et, en attendant la construction du nouveau satellite, la contrepartie compense la panne et atténue les pertes plus importantes, avec la disponibilité du signal d'un satellite russe pour l'Angola, qui voit de plus près la réalisation d'une solution technologique qui dynamisera le développement et croissance économique du pays.

Cependant, en cette année qui se célèbre le 60ème anniversaire de l'Aviation et de la Cosmonautique, les autorités angolaises améliorent les détails techniques pour mieux faire face à la complexité de la cosmonautique et de la «communication spatiale», via un satellite indépendant, avec une couverture transcontinentale.

O AngoSat-1 foi o primeiro satélite de comunicações de Angola, cujo contrato foi assinado pelas partes russas e angolanas no ano de 2009. Nos anos seguintes, ambas as partes realizaram um trabalho em conjunto para organizar o financiamento do projeto, que tornou possível proceder à sua aplicação prática.

L'AngoSat-1 a été le premier satellite de communication d'Angola, dont le contrat a été signé par les parties russe et angolaise en 2009. Dans les années suivantes, les deux parties ont travaillé ensemble pour organiser le financement du projet, ce qui a permis de procéder à son application pratique.

En effet, les travaux sur le satellite ont commencé fin 2012, après avoir été lancé «avec succès» dans l'espace le 26 décembre 2017, à 19h00, au moyen d'un véhicule Zenit-3F / Fregat-SB, depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, avec une perte de contact primaire dès son entrée en orbite.

Cependant, les communications ont été récupérées et bientôt perdues à nouveau, jusqu'à aujourd'hui, 12 avril, date à laquelle est célébrée la Journée internationale de l'aviation et de la cosmonautique, établie par la Fédération internationale de l'aviation, en 1961, à l'occasion du premier vol spatial, effectué par Yuri Gagarin, pendant 108 minutes.

L'AngoSat-1 était équipé de seize (16) répéteurs de bande C et de six autres de la bande Ku, pour fournir des services de télécommunications à l'Angola, et sa couverture du signal de réception dans la bande C pourrait affecter l'ensemble de l'Afrique et une partie de l'Europe.

Le transpondeur est un dispositif de communication électronique complémentaire pour l'automatisation, dont le but est de recevoir, d'amplifier et de retransmettre un signal à une fréquence différente ou d'émettre un message prédéterminé en réponse à un autre prédéfini «d'une autre source».

Conscient de la complexité et des avantages qui en découlent, l'Angola s'est engagé dans la formation de techniciens pour le secteur, au plus haut niveau, et dans la construction d'infrastructures, mettant l'accent sur deux «stations terriennes»: l'une en Russie et l'autre à Funda - ici dans le pays, sous la tutelle du Bureau de gestion du Programme spatial national (GGPEN).

L'objectif est de préparer les conditions techniques et humaines à «l'autonomie technologique», dans la gestion et le suivi de ces équipements et de l'Angosat-2, qui est en cours de construction pour remplacer Angosat-1. Il est à 50% de sa conception et on s'attend à ce qu'il soit mis en orbite d'ici 2022.

La construction est une conséquence du protocole complémentaire entre l'Angola et la Fédération de la Russie au contrat de fabrication de l'Angosat-1, lancé en décembre 2017, mais qui a ensuite été perdu dans l'espace, une situation normale et bien digérée par l'Angola, qui se consacre à la «Coexistence spatiale » directe.

L'Angosat-1, un investissement de l'État angolais de 320 millions de dollars américains (269,6 millions d'euros), a été lancé le 26 décembre 2017. Le contrat prévoyait, en cas d'impossibilité d'être mis en orbite, l'obligation de l'autre partie de refaire les services, comme ça se fait.

Et, en attendant la construction du nouveau satellite, la contrepartie compense la panne et atténue les pertes plus importantes, avec la disponibilité du signal d'un satellite russe pour l'Angola, qui voit de plus près la réalisation d'une solution technologique qui dynamisera le développement et croissance économique du pays.

Cependant, en cette année qui se célèbre le 60ème anniversaire de l'Aviation et de la Cosmonautique, les autorités angolaises améliorent les détails techniques pour mieux faire face à la complexité de la cosmonautique et de la «communication spatiale», via un satellite indépendant, avec une couverture transcontinentale.

O AngoSat-1 foi o primeiro satélite de comunicações de Angola, cujo contrato foi assinado pelas partes russas e angolanas no ano de 2009. Nos anos seguintes, ambas as partes realizaram um trabalho em conjunto para organizar o financiamento do projeto, que tornou possível proceder à sua aplicação prática.

L'AngoSat-1 a été le premier satellite de communication d'Angola, dont le contrat a été signé par les parties russe et angolaise en 2009. Dans les années suivantes, les deux parties ont travaillé ensemble pour organiser le financement du projet, ce qui a permis de procéder à son application pratique.

En effet, les travaux sur le satellite ont commencé fin 2012, après avoir été lancé «avec succès» dans l'espace le 26 décembre 2017, à 19h00, au moyen d'un véhicule Zenit-3F / Fregat-SB, depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, avec une perte de contact primaire dès son entrée en orbite.

Cependant, les communications ont été récupérées et bientôt perdues à nouveau, jusqu'à aujourd'hui, 12 avril, date à laquelle est célébrée la Journée internationale de l'aviation et de la cosmonautique, établie par la Fédération internationale de l'aviation, en 1961, à l'occasion du premier vol spatial, effectué par Yuri Gagarin, pendant 108 minutes.

L'AngoSat-1 était équipé de seize (16) répéteurs de bande C et de six autres de la bande Ku, pour fournir des services de télécommunications à l'Angola, et sa couverture du signal de réception dans la bande C pourrait affecter l'ensemble de l'Afrique et une partie de l'Europe.

Le transpondeur est un dispositif de communication électronique complémentaire pour l'automatisation, dont le but est de recevoir, d'amplifier et de retransmettre un signal à une fréquence différente ou d'émettre un message prédéterminé en réponse à un autre prédéfini «d'une autre source».

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.