Tunisie: Détérioration de la situation épidémiologique - Hausser le rythme de vaccination et renforcer la prévention

12 Avril 2021

Face à la dégradation de la situation et étant donné que l'Etat est dans l'incapacité de décréter un nouveau confinement général, plusieurs médecins soulignent la nécessité de hausser le rythme de vaccination en Tunisie.

A peine relevée de la deuxième vague de contaminations, la Tunisie est frappée par une troisième encore plus puissante, selon les membres du comité scientifique de lutte contre la pandémie. Rebond de la contamination, hausse du nombre des décès, hôpitaux et services de réanimation sous pression, bref tous les indicateurs sont au rouge.

Selon un dernier bilan présenté par le ministère de la Santé, 56 décès supplémentaires liés au coronavirus ont été recensés le 9 avril portant à 9.235 le nombre total de décès depuis le début de la pandémie dans le pays en mars 2020. 1.460 nouvelles contaminations par le coronavirus ont été également enregistrées le même jour sur 5825 tests effectués. A la même date, 1.985 malades atteints de la Covid-19 étaient hospitalisés dont 407 admis en soins intensifs et 124 placés sous respirateur artificiel, et ce, dans les secteurs public et privé.

Ces indicateurs font état en effet d'une nette dégradation de la situation épidémiologique alors que le pays connaît un relâchement au niveau de l'application des mesures barrières. Chose qui a poussé le gouvernement à annoncer un durcissement des mesures anticorona avant de revoir sa copie, notamment en ce qui concerne les horaires du couvre-feu suite à une forte pression sociale.

Pour la directrice générale de l'Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, Nissaf Ben Alaya, la situation épidémiologique est «très grave en Tunisie», en raison de l'augmentation du taux de contamination par la Covid-19 à plus de 30% et la hausse de la mortalité avec l'apparition des nouveaux variants. Ben Alaya a souligné que la pression sur les établissements hospitaliers est élevée avec un taux d'hospitalisation de 100% dans certaines régions.

La vaccination unique solution ?

Face à cette situation et étant donné le fait que l'Etat est dans l'incapacité de décréter un nouveau confinement général, plusieurs médecins soulignent la nécessité de hausser le rythme de la vaccination en Tunisie. Le nombre total de personnes ayant été vaccinées contre le coronavirus depuis le début de la campagne nationale de vaccination, il y a 28 jours, a atteint 130.374.

Parmi elles, 4.979 personnes ont reçu leur deuxième dose de vaccin contre le coronavirus. Quant au nombre de personnes inscrites sur la plateforme Evax.tn, il s'élève à 1.030.609 à la date d'hier 12h30.

Sauf que ces chiffres restent en deçà des attentes et des aspirations, et à ce rythme une immunité collective reste encore très loin. Dans ce sens, plusieurs médecins ont appelé à revoir la stratégie de vaccination en Tunisie, en multipliant les campagnes de vaccination à domicile, notamment dans les régions isolées mais aussi à exploiter les centres de santé de base.

Mesures d'accompagnement

A rappeler que le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a décidé, samedi, de modifier certaines mesures approuvées par la Commission nationale de lutte contre le coronavirus pour la période allant du 9 au 30 avril 2021, en décidant de rétablir le couvre-feu à partir de 22h00 au lieu de 19h00. Il a souligné la nécessité de se conformer strictement aux recommandations de prévention dont notamment la distanciation physique et l'interdiction des rassemblements dans des espaces fermés.

Hichem Méchichi a également annoncé la création d'un fonds destiné à la collecte des dons pour soutenir les catégories vulnérables impactées par la pandémie de la Covid-19. Le tiers du crédit accordé par la Banque mondiale à la Tunisie, d'une valeur de 300 millions de dollars, sera aussi consacré aux catégories vulnérables affectées par la Covid-19.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.