Congo-Brazzaville: Environnement et tourisme - L'Etat et les entreprises privées appelés à perpétuer leurs efforts

Lors d'une tribune médiatique organisée par l'Agence congolaise de l'information le 9 avril à Brazzaville, Arlette Soudan Nonault, ministre de l'Environnement et du Tourisme, et porte-parole du candidat réélu, Denis Sassou N'Guesso, a fait part des enjeux et perspectives en matière d'environnement et de cadre de vie des citoyens pour le prochain quinquennat.

Arrivée au terme de sa mandature à la tête du ministère de l'Environnement et du Tourisme, pour le quinquennat écoulé, Arlette Soudan Nonault se dit satisfaite du travail abattu, malgré la crise sanitaire marquée par la pandémie de coronavirus (Covid-19). En effet, plusieurs actions ont été menées à ce jour parmi lesquelles: gérer la Cop 13 d'Abidjan et celle de Bamako sur la gestion des déchets, la présidence des Objectifs de développement durable, travailler avec Congo conservation et compagnie, etc.

« Durant ce quinquennat, nous avons eu un agenda chargé et avons fait un pas important vers l'applicabilité de nos objectifs qui ne sont pas encore tous atteints mais, dont une bonne partie a pu être réalisée », s'est réjouie la ministre.

Par ailleurs, Arlette Soudan Nonault a attiré l'attention sur le fait que l'Etat garantit plusieurs infrastructures, mais il n'œuvre pas à la levée financière du secteur privé. Ce secteur est donc convié à se conformer à la réglementation du pays et à monter des business plans avec des établissements bancaires afin d'investir dans ce dmaine. Etant un secteur hautement transversal, le tourisme ne peut pas se lever sans tous les autres secteurs de la vie et sans l'implication de tous les citoyens. « Aujourd'hui, une fois que nous avons des voix d'accessibilité, de bancarisation, la sécurité du territoire, nous pouvons lever avec le secteur privé l'industrie du tourisme. Cela tombe à point nommé car, avec la chute du prix du baril, il a fallu que nous nous projetions vers une nouvelle économie et nous en avons le potentiel », a-t-elle fait savoir.

A en croire ces propos, dans les grands enjeux de l'industrie touristique, la création des emplois reste l'un des objectifs à relever pour accroître le PIB du secteur. Cette mise à contribution était au ralenti faute de cadre institutionnalisant, de cadre réglementant ce secteur qui n'avait pas de lois mais que des textes d'applications. « Les textes d'applications découlent des lois d'orientation ou des lois cadres et la loi élaborée par le ministère est une loi qui ouvrira le spectre de certaines lois qui en découleront comme par exemple celle de la classification, de l'hôtellerie, de l'hébergement », estime Arlette Soudan Nonault.

Au terme de cette tribune, la ministre en charge du département de l'Environnement et du Tourisme en sa qualité de porte-parole du candidat réélu à la présidentielle de mars 2021, Denis Sassou N'Guesso, a souligné que le Congo, en tant que pays indépendant et démocratique, est capable de tenir des élections apaisées et crédibles sans attendre indispensablement l'apport ou l'approbation du regard extérieur. Selon elle, la politique est un combat démographique et au regard de la décision de la cour suprême, chacun devrait s'y conformer.

A La Une: Voyages et Tourisme

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.