Ile Maurice: Soupçonné du meurtre d'un chauffeur de taxi - Seeneevassen Paniken obtient la liberté conditionnelle

---Seeneevassen Paniken, connu comme Tiruven, 29 ans, soupçonné d'avoir tué, avec deux complices, Beesessar Coonjan, un chauffeur de taxi, en mars 2020, a obtenu sa libération sous caution la semaine dernière.

La magistrate Zeenat Bibi Cassamally de la Bail and Remand Court ayant statué que «l'imposition d'une ordonnance de couvre-feu devrait inciter le demandeur à ne pas récidiver.» Eu égard à la présomption d'innocence, la magistrate Cassamally a fixé le montant de sa caution à Rs 100 000.

Réclamant la liberté conditionnelle, Seeneevassen Paniken a comparu devant la Bail and Remand Court à travers Webex et a pu se connecter sur WhatsApp pour déposer et ce, en raison des restrictions du confinement.

L'enquêteur principal a tout d'abord dressé la chronologie des événements menant à la découverte du corps en état de décomposition de Beesessar Coonjan, chauffeur de taxi. Son cadavre a été retrouvé dans sa voiture dans un champ de canne à Camp-de-Masque, le 22 mars 2020. L'enquête policière avait débouché sur trois arrestations dont celle de Seeneevassen Paniken.

L'enquêteur indique que le suspect était dans un premier temps, passé aux aveux, soutenant être monté à bord du taxi en compagnie de deux présumés complices et qu'ils ont décidé de faire main basse sur l'argent du chauffeur de taxi. «Par la suite, on l'a menacé pour qu'il prenne la direction d'un champ de canne de la région et là, nous l'avons étranglé», avait dit le suspect dans sa déposition. Il s'est par la suite rétracté.

L'autopsie pratiquée par le médecin légiste Sudesh Kumar Gungadin a indiqué que Beesessar Coonjan était mort par strangulation.

L'enquêteur principal, qui a objecté à la demande de remise en liberté conditionnelle de Seeneevassen Paniken, a soutenu qu'il peut récidiver, tenter d'influencer les témoins ou de prendre la fuite s'il était libéré. Il a toutefois concédé ne pouvoir dire quand l'accusation formelle sera déposée.

Après avoir écouté toutes les parties, la magistrate Zeenat Bibi Cassamally a tenu compte du statut marital de l'homme de 29 ans, de même que le fait qu'il ait un domicile fixe et cela a joué en sa faveur.

Elle a donc décidé de lui accorder la liberté. En sus de la caution imposée.

Seeneevassen Paniken a dû signer une reconnaissance de dette de Rs 1 million. Tout comme il ne devra pas quitter son domicile entre 18 et 6 heures et une fois le confinement levé, il devra se rendre au poste de police de sa localité entre 6 et 18 heures. En attendant, il a dû fournir la somme de Rs 1 150, représentant les frais de la cour, imposés pendant la période du confinement.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.