Sénégal: 99% des dossiers de passation des marchés publics des communes ne souffrent d'aucune irrégularité

"99% des dossiers de passation des marchés publics des communes ont été bien faits ; il y a eu très peu de griefs. Pour l'essentiel, les maires ont respecté les procédures", a dit samedi dernier M. Faye l'administrateur du Fonds d'entretien routier autonome (FERA), Mamadou Faye.

Il procédait, à Saly-Portudal à la clôture d'une session de formation au profit de 34 maires sur les procédures de passation des marchés publics, organisé par le FERA, en partenariat avec le Centre de formation et de perfectionnement des travaux publics (CFPTP).

"Puisque le code des marchés publics évolue, notre collaboration avec les mairies augmente, parce que nous sommes à 200 maires qui ont signé des conventions avec le FERA pour un budget global de sept milliards de francs CFA. Il était important de renforcer leurs capacités pour s'assurer que les ressources que nous mettons à leur disposition soient convenablement gérées, avec beaucoup de transparence", a-t-il expliqué.

Conscient de la nécessité de mettre en place une bonne politique de préservation de ses équipements routiers, l'Etat du Sénégal, à travers le FERA, a décidé d'accompagner les collectivités territoriales pour la préservation de leur patrimoine routier.

Dans ce contexte, pour garantir la qualité des travaux réalisés, le FERA a confié au CFPTP des missions d'assistance technique pour la supervision des travaux, pour rehausser le niveau de service des routes revêtues, des routes en terre et des ouvrages d'art et d'assainissement, ainsi que les capacités des élus et des agents des collectivités territoriales.

Ainsi, un volet de formation est mis en œuvre pour renforcer les capacités des secrétaires municipaux lors d'une première session et des maires dans cette seconde session axée sur la passion des marchés publics.

Selon Mamadou Faye, le système routier joue et continuera de jouer un "rôle vital" dans le fonctionnement de l'économie et de la société, surtout que la demande de mobilité a littéralement explosé dans tout le Sénégal.

"La route, plus que n'importe quel autre mode de transport, a vu sa part augmentée et reste le mode de transport dominant", a relevé M.Faye, qui rappelle que le réseau routier national est riche de 46 000 kilomètres.

L'entretien des routes classées sur un linéaire de 16 000 kilomètres est assuré par l'Agence des routes (AGEROUTE), qui en est le maître-d 'ouvrage délégué, alors que les routes non classées d'un linéaire de 30 000 kilomètres, appartiennent aux communes qui en assure la maîtrise d'ouvrage.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X