Sénégal: Découpage administratif - Le «Diakha» réclame l'érection d'une commune pour ses neuf villages

12 Avril 2021

Les neuf villages du « Diakha », rattachés à la commune de Bandafassi, veulent un redécoupage territorial en leur faveur. Leurs populations ont tenu un point de presse lundi pour réclamer l'érection dans la zone, d'une commune pour rapprocher, disent-elles, l'administration des administrés et lever les nombreuses difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Pour rallier leur commune (Bandafassi) pour les besoins d'actes administratifs, les populations issues de la zone de « Diakha» doivent traverser la commune de Kédougou située à une dizaine de kilomètres de là et faire quinze kilomètres de plus pour arriver à destination. Une situation qu'elles ne veulent plus vivre. C'est pourquoi elles ont tenu un point de presse pour réclamer l'érection d'une commune dans leur zone. Qui polarise neuf villages. Ainsi, « c'est un premier pas, ce point de presse. Tout le « Diakha » est représenté ici. Notre doléance c'est d'avoir notre propre commune aujourd'hui. Depuis les indépendances, les populations font 60 kilomètres pour aller chercher des actes administratifs à Bandafassi. Compte tenu de cette distance et des difficultés que nous rencontrons, nous avons décidé de réclamer une commune pour la zone qui polarise neuf villages » exprime le chef de village de Samécouta Abdoulaye Diakhité qui se prononçait au nom de l'ensemble des chefs de villages du « Diakha ».

Poursuivant, il a indiqué : « nous n'avons rien contre les communes de Kédougou, ni de Bandafassi, nous n'avons que trop souffert. Surtout pour ceux qui n'ont pas de moyens de locomotion. Pour le centre secondaire réalisé à Samécouta récemment, c'est uniquement pour les nouveaux nés et pour les certificats de mariage et de décès. Nous autres sommes tenus de nous rendre à Bandafassi. Et les jeunes et les femmes sont très fatigués. Il y a un problème d'emplois pour les jeunes et un problème d'accès au financement pour les femmes. Nous voulons notre commune de « Diakha ».

Mieux, « c'est la population du « Diakha » qui s'est réunie aujourd'hui pour émettre une doléance, pour réclamer sa commune. Cette population s'est toujours déplacée à pieds, à moto pour se rendre à Bandafassi, en traversant la commune de Kédougou. On ne lance pas de pierres, on ne casse rien, nous réclamons tout simplement un droit. Aujourd'hui, cette population fait 7 000 habitants qui se déplacent chaque fois pour rallier sa commune Bandafassi. Nous sommes oubliés, la zone est oubliée. Des gens ont vu aujourd'hui leur carrière s'effriter parce qu'ils n'ont pas pu obtenir un extrait de naissance ou terminer leurs études parce qu'il y avait des problèmes de déplacements avec la distance », appuie Mamaba Diakhaby, président des jeunes du « Diakha ».

Avant de renchérir : «si le « Diakha » dispose d'une commune aujourd'hui, cela permet de rapprocher l'administration des administrés. Et il y a beaucoup de potentialités sur lesquelles nous pouvons nous baser pour prendre les devants avant que l'Etat ne fasse quelque chose et développer notre commune ».

Tout au plus, « nous demandons juste à l'Etat de nous ériger une commune dans la zone, en revoyant le redécoupage. Les neuf villages se sont mobilisés ce matin autour d'un seul but, réclamer leur commune. Et ceci n'est que le commencement de notre combat » annonce-t-il. Pour la présidente de l'union des femmes du « Diakha », Aminata Kaba, la zone n'a ni eau surtout à cette période de l'année, ni électricité, encore moins de route.

«Nous marchions pour nous rendre à Bandafassi pour nos actes administratifs. Aujourd'hui encore nous peinons à rallier Bandafassi faute de moyens de déplacement. Nous n'avons vraiment rien contre Bandafassi, nous voulons juste notre commune pour mieux nous développer et avoir facilement accès aux documents administratifs. Et les femmes du « Diakha » vivent d'énormes problèmes liés à l'absence de financements. Bref, nous voulons juste notre commune » tonne-t-elle d'une voix agressive.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.