Gabon: Et si notre « salut » venait du numérique » ?

Il est impératif de faire émerger un modèle de société basé sur une vision nouvelle sur le plan économique, nous ne cesserons de le marteler. Pour ce faire, il faut réfléchir à des modèles qui fonctionnent notamment dans le domaine des services.

Nous sommes un pays dont la population estimée à deux millions d'habitants environ se compose en une grande partie de jeunes. La jeunesse qui est l'avenir du pays devra se positionner fermement et de manière permanente dans l'initiative de construction d'une Nation prospère dans laquelle chacun trouvera sa place pour l'accomplissement de son épanouissement et celui de la collectivité.

Par ailleurs, si il est vrai que notre pays est encore énormément dépendant des ses ressources (tirées de son sous-sol), il devient impératif, que nous prenions conscience de l'importance d'amplifier les réformes pour transformer notre modèle économique. Il faudra créer un véritable « choc » dans le but de consolider la marche vers la construction d'un modèle économique basé sur l'émergence d'initiative privée dans plusieurs secteurs : celui des services en particulier.

Il devient aussi impérieux que nous profitions de notre « bonne » position dans la zone d'Afrique Centrale, en mettant en œuvre un plan d'investissement encore plus important en faveur de la construction des infrastructures numériques dans le but de favoriser l'essor d'une véritable industrie des services au Gabon.

Selon un article publié le 25 Juin 2018 sur le site de la Banque Mondiale, Le Gabon serait le « premier pays connecté aux TIC » en Afrique centrale et de l'ouest grâce à des investissements qualifiés de « judicieux ». Si le rapport salue les belles performances du Gabon en matière d'investissements numériques, il devient plus qu'indispensable de tirer profit de cette « manne » que représente internet pour voir l'émergence d'une économie encore plus tournée vers le numérique et les métiers dont il regorge.

Le Sénégal qui a su tirer profit de ses investissements dans le domaine, est devenu une destination prisée pour l'externalisation de la relation client avec le développement de télé services, ainsi que des services informatiques à forte valeur ajoutée. Il n'est plus étonnant de voir se développer dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, des applications mobiles pour améliorer les prestations dans le domaine des services notamment le Transport, les Finances, l'agriculture et l'emploi. Pour le seul domaine des finances, il existe plus d'une dizaine d'applications mobiles qui proposent des services de transferts financiers, permettant une circulation des ressources financières sur l'ensemble du territoire sénégalais voir au-delà.

Il en est ainsi du service de transfert financier sénégalais « Wari » du milliardaire Karibou MBODJE qui a su flairer en 2008 à Dakar, l'opportunité de créer une plate forme digitale de services financiers et commerciaux présente aujourd'hui dans une soixantaine de pays en dehors du Sénégal.

Des exemples de ce type, il y'en a énormément dans d'autres domaines, notamment les télécommunications et les services mobiles (Promobile) du milliardaire sénégalais Mbackiyou Faye ou encore « Kirène- mobile » des frères sénégalo-libanais Farès. Le point commun entre toutes ces réussites est qu'elles ont su tirer profit du secteur numérique en créant leur entreprise (Mbodj) ou en diversifiant leurs sources de revenus (Faye et Farès).

De même, Au Gabon, il est temps qu'on amorce avec détermination, notre transition vers le numérique afin de profiter de ce secteur porteur d'un gisement important en matière d'investissements et d'emplois.

Par Junior Elvis NKOGHE NTOUTOUME, Membre du directoire pour la promotion des idées et thèses libérales, co-fondateur du mouvement libéral et Michel ALLOGHE, Attaché parlementaire, Entrepreneur et fondateur de l'agence de sondages AGEOS Membre du directoire pour la promotion des idées et thèses libérales, co-fondateur du mouvement libéral.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.