Sénégal: Lutte contre la Covid-19 -Dr Imboua-Niava de l'OMS dédouane AstraZeneca

Invitée de de l'émission l'objection de la Radio Sud Fm hier, dimanche 11 avril 2021, le Représentant de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr Lucile Marie Imboua-Niava, a été formelle sur le vaccin AstraZeneca qui a suscité la polémique, quant à son efficacité et ses dommages collatéraux. Non sans assurer que l'Oms joue en faveur de l'équité.

Selon docteur Lucile Imboua, la représentante de l'Organisation mondiale de la santé(OMS) qui était l'invitée de Sud Fm hier, dimanche, le vaccin est l'une des solutions pour lutter contre la Covid-19.

Concernant les inquiétudes sur l'AstraZeneca, elle affirmera qu'« on a des manifestations qui ont été observées, mais pour le moment, on n'a pas les preuves que c'est lié au vaccin.

Le travail continue même si d'autres pays l'ont suspendu en attendant ». Une mesure de précaution d'après ses dires en attendant que plus de recherches soient effectuées « pour pouvoir vérifier l'imputabilité du vaccin AstraZeneca».

Toujours concernant les risques en cas de vaccination d'AstraZeneca, Dr Lucile Imboua donne comme conseil de continuer à l'utiliser. « Les études qui ont été faites autour des manifestations jusqu'à présent ne lient pas ces manifestations au vaccin AstraZeneca. Donc on n'a aucune preuve, ces vaccins sont nocifs au point qu'on doit les arrêter », a-t-elle dit.

Avant d'ajouter: « Le vaccin peut nous éviter de tomber malade, peut aussi nous aider à éviter la mort ». De ce fait, «on doit continuer de sensibiliser la population sur l'innocuité du vaccin et les bénéfices qu'on en tire », soutient-elle.

Pour sensibiliser les populations, il y a selon elle des stratégies qui sont des fondamentaux qu'il faut appliquer. « Il y a des mécanismes en place pour s'assurer que ça soit fonctionnel. Il faut poursuivre la sensibilisation, car il est pour tous, et tout le monde doit pouvoir suivre les conseils qu'on donne sur les mesures barrières, si cette baisse est avérée, qu'elle soit durable ».

Quid de la problématique de l'équité ? « Aujourd'hui, avec l'avènement des vaccins et toutes les difficultés que nous voyons pour certains pays au sud de disposer des vaccins, le problème d'inégalité persiste et il faut vraiment travailler à les réduire pour asseoir l'équité. Car, l'équité en santé, c'est aussi le droit à la santé », a déclaré le Dr Imboua qui poursuit en disant que «l'Organisation Mondiale de la Santé(OMS) joue sa partition en faveur de l'équité, elle ne peut pas imposer mais elle peut faire un plaidoyer pour que cette équité en santé en général puisse être une réalité et pour les vaccins encore plus parce que c'est le problème que nous vivons ».

Avant de poursuivre en faisant savoir que : « En fait, je pense que la création de l'initiative Covax milite pour cette équité, puisqu'on connait suffisamment des problèmes d'inégalité pour avoir été proactif, pour mettre en place avec les autres partenaires cette initiative qui permettait d'avoir un vaccin pour tous, surtout pour tous les pays les moins nantis »

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.