Sénégal: Sedhiou - La conférence de presse du collectif de Wandifa attaquée par les proches du maire - Une plainte contre le maire pour délinquance foncière et tentative de meurtre

Les membres du collectif pour la défense des intérêts de la commune de Madina Wandifa et les proches du maire, Malang Sény Faty, en sont venus aux mains avant-hier, samedi 11 avril. Les derniers cités ont attaqué les membres du collectif au motif que leur invité du jour, l'activiste Guy Marius Sagna, ne devrait pas y prendre part.

Au moins cinq personnes sont blessées et un véhicule callaissé. Les organisateurs et leur hôte accusent le maire Malang Sény Faty de vendre leurs terres sous le couvert d'un lotissement fallacieux et de fomenter des actes de violences physiques à l'encontre des membres de leur collectif. Une plainte et une marche sont envisagées pour engager la riposte contre le maire ainsi incriminé.

Des échauffourées et échanges de projectiles ont ensanglanté l'entame de cette conférence de presse organisée, ce samedi après-midi dans un hôtel de la place à Madina Wandifa. Tout est en effet parti des proches du maire Malang Sény Faty qui ont voulu refuser l'accès à la ville à l'activiste Guy Marius Sagna venu prêter main forte au comité pour la défense des intérêts de Madina Wandifa. Au moins cinq personnes sont blessées et le véhicule l'ayant transporté de Ziguinchor à Wandifa caillassé.

Guy Marius Sagna accuse le maire Malang Sény Faty de fomenter un meurtre en plus de sa posture de délinquant foncier : « ce sont des agissements de la bande du délinquant foncier Malang Sény maire de Madina Wandifa qui ne cesse de menacer les membres du comité pour la défense des intérêts de Madina Wandifa allant jusqu'à les menacer de mort. Désormais, nous ferons face à eux et leur intimidation ne passera pas » prévient-il.

A propos des controverses autour des opérations de lotissements, le coordonnateur du front Frapp France dégage interpelle la justice : « nous interpellons le Procureur de Sédhiou. Depuis le 13 janvier 2021, la gendarmerie de Bounkiling a donné les procès-verbaux d'audition et il ne reste plus qu'à convoquer le maire Malang Sény Faty mais jusqu'ici. rien du tout. S'il s'agit du député Ousmane Sonko ou d'un député de l'opposition, la gendarmerie fait son boulot et la justice entre en branle mais quand il s'agit du bandit foncier Malang Sény Faty, il faut attendre trois mois et nul ne sait encore jusqu'à quand. C'est inadmissible », martèle l'activiste Guy Marius Sagna dans une salle archi-comble.

LE COLLECTIF SE DÉMARQUE DES VIOLENCES DU 5 MARS DERNIER

A la DSCOS (Direction de la surveillance et du contrôle de l'occupation du sol), Guy Marius Sagna dira ce qui suit : « il n'y a pas que des voyous à la DSCOS, nous saluons votre travail mais ces derniers temps, nous avons senti un relâchement. Vous, DSCOS, qui êtes prompts à démolir les maisons de Mbour 4, les maisons de Gadaye, de Tivaoune Peulh, de Niakhirate pourquoi vous ne faites pas autant de célérité pour que la lumière jaillisse sur le dossier de Madina Wandifa ? ».

A ce sujet toujours, le président du comité pour la défense des intérêts de Madina Wandifa, Bacary Faty, exige toute la lumière et la diligence sur leur plainte toujours en souffrance. Répondant aux accusations du maire Malang Sény Faty les incriminant des pillages du 5 mars dernier, Bacary Faty dément : « ce sont des accusations non fondées. A ce jour, personne ne peut apporter des preuves de telles allégations. Partout au Sénégal, il y avait des manifestations et pourquoi ici le maire cible-t-il nos membres ?».

Comme prochaines actions, Guy Marius Sagna propose au comité pour la défense des intérêts de la commune de Madina Wandifa une plainte contre le maire et ses proches pour actes de violence et tentative de meurtre et spoliation des terres ». Cette conférence de presse a été perturbée par des jets de pierres sur le toit du bâtiment sans toutefois inquiéter les occupants. A la fin, les éléments de la gendarmerie présents sur les lieux ont aidé les organisateurs à se disperser sans heurts.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.