Congo-Kinshasa: Est de la RDC - Début de semaine mouvementé à Goma

Des policiers arrêtent des manifestants à Goma, dans l’est de la RD Congo (Illustration)

Malgré des heurts entre jeunes de deux communautés opposées dans plusieurs quartiers situés au nord de la ville, la situation est restée calme au centre ville.

La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, située à l'est de la RDC a été, le 12 avril, le théâtre des affrontements entre des jeunes appartenant aux communautés Nandé et Kumu. Le premier bilan fait état de plusieurs personnes blessées, des maisons d'habitation et des boutiques incendiées dans la partie nord de la ville de Goma. Les forces de sécurité ont été mises à contribution pour le retour au calme.

Des sources concordantes notent qu'au moins cinq maisons ont été incendiées après que des jeunes de la communauté Kumu ont mis le feu sur les maisons des Nande, les accusant d'avoir tué deux des leurs la nuit du 11 avril. Il s'en est suivi une débandade totale poussant les habitants à vider leur village par crainte pour leur sécurité. Ils en ont appelé à l'intervention de la police pour faire cesser les incendies des maisons.

Dans un message diffusé le lundi matin sur les ondes de la RTNC, sous station de Goma, le ministre provincial de la Sécurité et Porte-parole du gouvernement provincial du Nord-Kivu, Jean-Bosco Sebishimbo, a invité les jeunes de Buhene et de toute la province à ne pas se livrer aux violences. « Nous appelons les uns et les autres à garder leur calme. Les services de sécurité sont alertés pour maîtriser cette situation. ... Les individus sont appelés à laisser l'Etat agir à travers la puissance publique », a-t-il dit.

Selon Radio Okapi, cette situation fait suite aux manifestations enregistrées, depuis jeudi à Goma, pour réclamer la fin des massacres à Beni. Mais seulement des groupes des jeunes appartenant à deux communautés locales, Nandé et Kumu, s'opposent sur la poursuite ou non des manifestations. Certains ne seraient pas d'accord que les activités socioéconomiques continuent à être paralysées pendant plusieurs jours.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.