Afrique: Au Timor-Leste, des inondations destructrices et meurtrières et de nombreuses personnes

DILI, Timor-Leste - Quarante-deux mort·e·s, des dizaines de disparu·e·s, plus de 10 000 personnes désormais sans domicile, des routes impraticables, des coupures de courant et des opérations de secours qui nécessitent excavatrices et grues. Voilà les conséquences dramatiques des pluies torrentielles provoquées par le passage du cyclone tropical Seroja au Timor-Leste, un État insulaire déjà aux prises avec la pandémie de COVID-19. Les précipitations terribles ont provoqué des glissements de terrain et les pires inondations du pays depuis quarante ans. Dans les semaines à venir, les pluies devraient malheureusement se poursuivre.

Avec le soutien des agences des Nations Unies, dont l'UNFPA et ses partenaires de développement, le gouvernement du Timor-Leste mène la réponse humanitaire.

« Je n'ai jamais vu d'inondations aussi dévastatrices », déplore Anna Dos Santos, 39 ans, qui a sept enfants et vivait dans la zone montagneuse de Lemonara, la capitale. Lorsque le principal pont de la ville a été endommagé, elle a dû attendre trois jours avant de recevoir de l'aide.

Son mari tente de récupérer certaines de leurs affaires dans les ruines de leur maison. Mme Dos Santos est pour l'instant hébergée à la salle paroissiale de l'église catholique de Balide, devenue l'un des 19 centres d'évacuation mis en place par le gouvernement. « Difficile de savoir quand je partirai, puisque je n'ai plus de maison ».

Amandina Santina Lopes Guteres, 32 ans et mère de deux enfants, vit également au centre, qui héberge près de 150 personnes. « La cuisine de ma maison est complètement détruite, et le reste aura besoin beaucoup de travaux avant que je puisse m'y réinstaller. C'est dangereux. Je n'ai pas le choix, je dois continuer d'espérer que les pluies cesseront. »

L'UNFPA distribue des kits de dignité, qui contiennent des produits essentiels tels que des serviettes hygiéniques, du savon et des sous-vêtements, pour répondre aux besoins d'hygiène de base. L'UNFPA veille également au bien-être des femmes enceintes et des jeunes mères, en facilitant notamment le transport des sages-femmes depuis les structures de santé vers les centres d'évacuation.

« Nous sommes particulièrement préoccupé·e·s par la santé des catégories vulnérables, comme les femmes enceintes », explique le Dr Domingas Bernardo, responsable adjointe nationale pour l'UNFPA. « Nous mettons actuellement en place des maternités mobiles pour sauver les mères et les nouveau-nés ».

Tagged:

Plus de: UNFPA

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X