Cameroun: Ramadan 2021 - Un jeûne dans les restrictions

La communauté musulmane entame un ramadan particulier à cause de la crise sanitaire.

Alors que la communauté musulmane débute le jeûne du Ramadan ce jour, l'ambiance dans les quartiers à forte concentration musulmane ainsi que les mosquées à Yaoundé sera loin de celle des éditions passées. Dès la rupture du jeûne, au coucher du soleil, l'occasion était propice de grandes réunions familiales, de longues sorties nocturnes dans des rues et des cafés bondés ou de copieux achats. Cette année, la communauté musulmane entame un ramadan marqué par la situation sanitaire et ses restrictions.

Au quartier Ecole de police dans l'arrondissement de Yaoundé II, Yaro Gana, un vendeur de viande de bœuf y voit déjà une mauvaise allure. A la veille du mois, d'habitude c'était une file de clients qui s'alignaient pour s'approvisionner. Mais cette fois-ci, il n'en est rien. « C'est différent des ramadans passés. Il n'y a pas l'argent dehors », se plaint ce père de cinq enfants qui appréhende avec inquiétude le mois béni, habituellement de forte consommation. Juste à côté, deux jeunes frères se concertent pour voir dans quelles mesures s'approvisionner en denrées alimentaires nécessaires, afin de faire leur propre cuisine durant le mois. « Pour assurer notre sécurité sanitaire, il est de notre devoir de cuisiner nous-mêmes nos repas de rupture du jeûne, contrairement au temps passé où on mangeait dans les restaurants », relèvent-ils.

En ce qui concerne le jeûne proprement dit, la pratique n'est pas affectée directement par le contexte de la pandémie de Covid-19. Celles et ceux qui remplissent les conditions du jeûne et sont en mesure de l'observer, s'y soumettront comme d'habitude. Celles et ceux qui ont une dérogation reconnue, comme une maladie, les menstrues, entre autres, en seront exemptés suivant la réalité de leur situation. Avec le contexte, il a été recommandé de limiter strictement aux membres de famille vivant sous le même toit les repas familial. Notamment au moment de l'« iftar », le repas quotidien de rupture du jeûne.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.