Madagascar: Une prise de décision des autorités très attendue

Madagascar n'est pas le Brésil et la comparaison ne peut pas se faire, mais le spectacle de cercueils vendus sur les trottoirs, image postée sur Facebook, fait frémir. 4

La situation est alarmante et elle nous incite à redoubler de vigilance. Les appels renouvelés dans nos colonnes ne semblent pas avoir d'effet sur une partie de la population continuant de faire preuve de négligence. Les familles qui sont affectées par la perte de l'un des leurs essaient de mettre en garde leurs connaissances, mais l'inconscience de la partie de la population ne se sentant pas concernée pénalise tout le monde et c'est ainsi que le variant se propage allègrement. Ce sont les autorités qui ont maintenant le dernier mot car ce sont elles qui peuvent mettre un peu d'ordre dans une indiscipline qui perdure.

Le nombre des décès annoncés par les sources officielles est en progression, mais l'on doute qu'il ne reflète qu'une partie de la réalité. Si l'on se réfère aux annonces nécrologiques dans les journaux, les chiffres sont minorés, mais on peut dire qu'ils montrent une tendance. Les malades qui ne peuvent pas tous se faire soigner à l'hôpital n'entrent pas en ligne de compte dans les statistiques officielles. Les autorités sanitaires, malgré tous leurs efforts, ne peuvent pas faire face à la situation. Les dirigeants sont confrontés à un dilemme.

Ils ont évité, jusqu'ici, l'emploi du terme « confinement » et pourtant, l'état d'urgence sanitaire a bien été institué. L'application des décisions y afférentes n'a pas été faite avec toute la rigueur nécessaire à Tana. Et pourtant, les résultats sont probants dans les autres villes, pour ne citer que Toamasina ou Antsirabe. C'est en fin de semaine que le chef de l'État va de nouveau s'adresser à la nation. Il annoncera certainement la reconduction de l'état d'urgence sanitaire, mais avec des mesures plus coercitives. C'est vers cela que l'on se dirige car la situation l'exige.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.