Afrique: Musulmans de France - un autre Ramadan au goût de confinement

Paris — Privés des repas collectifs, des retrouvailles d'après l'Iftar et des tarawih en communauté dans les mosquées ou les salles de prières, les musulmans de France entament le mois sacré du Ramadan confinés pour la deuxième année de suite.

Comme l'année précédente, le mois béni coïncide avec un troisième confinement, instauré par les autorités le 3 avril pour au moins 4 semaines, afin de freiner la propagation du coronavirus dans le pays, où le nombre des décès frôle les 100.000.

Le reconfinement, qui s'ajoute à un couvre-feu en vigueur entre 19H00 et 06H00 du matin, met un trait également sur les balades nocturnes et les repas collectifs entre familles et amis dans l'attente du Shour.

Si le confinement permet des déplacements dans un rayon de 10 km de chez soi, ce qui permet en théorie des échanges de visites durant la journée dans le respect des jauges imposées par les autorités, le couvre-feu nocturne rend impossible l'accomplissement des prières d'Al Isha et les tarawih dans les mosquées et les salles de prière.

Le couvre-feu met également fin aux repas collectifs, aux balades nocturnes, aux repas entre familles ou amis, des activités qui ponctuent le mois béni et en font la particularité.

Face à une telle situation qui n'est pas d'ailleurs inédite pour les musulmans de France, les fidèles n'ont d'autre choix que de se conformer aux recommandations du Conseil français du culte musulman (CFCM), principal interlocuteur des pouvoirs publics pour le culte musulman en France, ainsi qu'aux règles dictées par les autorités sanitaires afin de faire face à une recrudescence inquiétante de la pandémie.

Dans ce sillage, le CFCM, via un communiqué, a appelé les Conseils régionaux et départementaux du culte musulman ainsi que les responsables de mosquées à veiller à observer une série de mesures, dont le respect de la distanciation physique et des gestes barrières ainsi que la limitation des repas familiaux et entre amis strictement aux membres de famille vivant sous le même toit.

Et eu égard aux horaires du couvre-feu, le CFCM a souligné que seules les deux prières du jour (Dohr et Asr) pourront être accomplies dans les mosquées, alors que pour la prière de vendredi, le Conseil a exhorté les mosquées, qui ne sont pas dans la capacité d'accueillir l'ensemble des fidèles dans le respect des mesures sanitaires en vigueur, de la suspendre provisoirement.

Qui dit Ramadan dit solidarité, générosité et partage envers les plus démunis et les personnes dans le besoin, notamment dans le sillage d'une pandémie qui a frappé de plein fouet des milliers de foyers et de familles à faibles revenus.

Comme ailleurs, les musulmans de France ne dérogent pas à la règle en faisant de ce mois sacré une période de mobilisation en faveur des personnes démunies de toutes les confessions à travers notamment des initiatives solidaires de collecte et de distribution de denrées alimentaires et de repas d'iftar et d'aides financières.

Grâce à un tissu associatif des plus actifs, bien rôdé et vaste couvrant l'ensemble du territoire de France, les initiatives se multiplient pendant le Ramadan traduisant toute la portée spirituelle et sociale du mois sacré.

Dans ce sens, le Conseil français du culte musulman a appelé les fidèles à faire vivre, comme l'an dernier, cet esprit, à travers la distribution de repas et de colis alimentaires et autres formes de solidarité à l'égard des concitoyens en difficulté quelle que soit leur conviction religieuse.

Comme le Ramadan est aussi le mois du recueillement et de l'espoir, les musulmans de France préfèrent être optimistes tout en implorant le Tout-puissant que la situation sanitaire s'améliore dans les semaines à venir.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.