Sénégal: Financement de la relance du secteur du commerce - Ecobank Sénégal et Unacois Jappo signent une convention de 15 milliards de FCFA

Ecobank Sénégal et l'Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (Unacois) Jappo ont signé hier, une convention de partenariat dans le cadre de la relance des activités du secteur du commerce, menées par les membres de l'Unacois. En ce sens, le directeur général de Ecobank Sénégal, Sahid Yallou a annoncé qu'un montant de 15 milliards de francs Cfa sera décaissé en faveur des membres de l'Union dirigée par Idy Thiam.

« La nécessité de relancer l'économie en 2021 après une année 2020 difficile marquée par la pandémie de covid-19 et ses conséquences socio-économiques, nous a amenés à réaménager et à doper notre partenariat avec des actions encore plus vigoureuses », informe le directeur général de Ecobank Sénégal qui signait, hier, avec le président de l'Unacois Jappo, une convention de partenariat dans le cadre de la relance de l'économie nationale.

Sahid Yallou a indiqué à cet effet : « J'ai l'immense plaisir de vous annoncer que Ecobank va mobiliser 15 milliards de francs Cfa pour, exclusivement, les membres de l'Unaccois notamment les commerçants qui opèrent dans le marché, les petits commerçants qui sont généralement exclus du système financier. »

Cela permettra, soutient-il, à financer les acteurs et accompagner l'approvisionnement du pays en denrées de forte consommation en cette période de ramadan et pour les fêtes à venir. Aussi, confie Sahid Yallou, nous sommes particulièrement fiers de notre partenariat avec l'Unacois notamment avec le fait que nous avons décaissé 2 milliards de francs Cfa en leur faveur en pleine période de Covid-19 et à ce jour, nous n'avons enregistré aucun impayé.

En ce sens, il a invité ces derniers à réitérer cet exploit et à utiliser les 15 milliards que Ecobank met à leur disposition « afin que dans trois mois, six mois, ils puissent envoyer un compte rendu au ministre du commerce pour lui dire que les 15 milliards ont été utilisés efficacement et qu'ils passent à 30 milliards, 50 milliards etc ».

Cette offre de financement, précise M. Yallou, s'accompagne de services bancaires notamment leur décentralisation via l'intégration des membres de l'Unacois qui feront désormais partie de leur réseau de distribution de monnaie électronique afin que la proximité des services bancaires soit une effectivité dans les marchés.

Par ailleurs, il a souligné qu'en raison de la place spéciale qu'occupe la femme dans le développement socio-économique, le groupe Ecobank a lancé l'initiative ellever qui consiste à accompagner la femme entrepreneur dans son accomplissement professionnel. Ce programme, annonce-t-il, sera lancé au Sénégal dans les semaines à venir mais, précise-t-il dans la foulée, nous avons tenu à l'intégrer dans la signature du présent accord afin de réserver une place de choix aux femmes de l'Unacois.

Pour sa part, le président de l'Unacois Jappo renseigne qu'il était important voire crucial et urgent, dans le cadre la relance économique, pour le groupe Unacois/Ecobank Sénégal de s'aligner sur la nouvelle stratégie nationale de relance de l'économie et d'ajuster leur partenariat pour arrimer les lignes d'actions sur les priorités nationales. C'est d'ailleurs, souligne Ousmane Sy Ndiaye qui s'est exprimé au nom du président Idy Thiam, ce qui a inspiré notre programme dit « Programme de relance économique Ecobank/Unacois ».

A l'en croire, ce partenariat a besoin d'être entretenu, soutenu, consolidé et pérennisé pour atteindre les objectifs assignés. C'est donc une occasion toute prouvée, dit M. Ndiaye, de vous demander Mme le ministre du commerce, d'être le porte-parole de notre plaidoyer auprès du président de la République et de son gouvernement mais plus particulièrement de votre collègue le ministre de l'économie, du plan et de la coopération pour un accompagnement et un appui sur trois attentes essentielles que nous avons afin de soutenir davantage, avec efficience, l'intensification de la mise en œuvre des politiques publiques notamment l'employabilité et l'emploi des jeunes et l'autonomisation des femmes.

La première attente formulée par le président de l'Unacois Jappo est la mise en place, si possible dans les meilleurs délais, d'un fonds de garantie auprès de Ecobank pour faire face aux impacts dans le secteur du commerce dont les chaines d'approvisionnement et de distribution ont été rudement éprouvées. Dans cette dynamique, dit-il, nous sommes prêts à nous engager sur des performances à réaliser, retenues d'accord partie dans un cadre de partenariat public-privé aménagé à cet effet.

La deuxième, dit-il, est la mise en place d'un groupe de travail sur les perspectives de partenariat public-privé dans le développement des chaines de valeur agri-horticole, pour, d'une part, la transformation des centres de groupage de la production horticole en centres logistiques agro-industriels modernes dotés de solutions technologiques adéquates pour relever le défi de l'industrialisation de nos filières horticoles.

Il s'agira également, d'autre part, ajoute-t-il, toujours dans cette deuxième demande, de nous faciliter notre intégration au sein des domaines agricoles communautaires du Prodac pour y installer et développer une chaine logistique d'entreposage et de conservation de la production agro-sylvo-pastorale dans les normes requises.

Enfin, la troisième demande, pour assoir une stratégie nationale de modernisation de l'économie qui va au-delà de la formalisation, par l'industrialisation avec le développement de mini parcs industriels et agro-industriels à l'échelle des territoires abritant des unités légères de transformation Made in Senegal dans un contexte concurrentiel avec l'entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale.

A La Une: Economie, Affaires et Finance

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.