Angola: Les sauterelles ont déjà détruit 209 cultures

Ondjiva — Le fléau des sauterelles qui s'est installé il y a trois jours, dans la province de Cunene a déjà endommagé 209 cultures, dans les municipalités de Namacunde, Cuanhama et Ombadja, et se dirige vers la frontière entre l'Angola et la Namibie.

L'information a été fournie lundi, par la gouverneure de Cunene, Gerdina Didalelwa, lors de la rencontre qu'elle tenue avec l'équipe technique multisectorielle, créée en urgence par l'exécutif pour faire face à ce phénomène.

A l'occasion, le secrétaire d'État pour l'Agriculture, João Manuel da Cunha, a informé que la lutte contre le fléau débutera cette semaine, dès que les moyens, notamment aériens, arriveront à Cunene.

Le fléau de sauterelles dans la province, qui a déjà traversé une période de sécheresse, pourrait compromettre la récolte des produits agricoles, en particulier le maïs, le produit le plus consommé dans la région.

Le fléau de sauterelles, qui affecte cinq pays de la région d'Afrique Australe, survient en raison des changements climatiques, qui influencent massivement la reproduction des sauterelles, affectant ainsi les champs agricoles et les pâturages.

En Angola, les sauterelles avaient envahi d'abord la province de Cuando Cubango, plus précisément dans les municipalités de Dirico, Rivungo, Calai, Cuangar et Mavinga, mais vendredi elles se sont emparées de la province de Cunene.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X